UN TEMPS POUR LE BIEN

 

Un temps pour naître…

pour planter…

pour soigner…

 pour  construire.

(Ecclésiaste 3.2-3)

 

Lecture proposée : (Ecclésiaste 3.1-8)

1 Il y a un moment pour tout et un temps pour toute activité sous le ciel:
2 un temps pour naître
et un temps pour mourir,
un temps pour planter
et un temps pour arracher ce qui a été planté,
3 un temps pour tuer
et un temps pour guérir,
un temps pour démolir
et un temps pour construire,
4 un temps pour pleurer
et un temps pour rire,
un temps pour se lamenter
et un temps pour danser,
5 un temps pour lancer des pierres
et un temps pour en ramasser,
un temps pour embrasser
et un temps pour s'éloigner des embrassades,
6 un temps pour chercher
et un temps pour perdre,
un temps pour garder
et un temps pour jeter,
7 un temps pour déchirer
et un temps pour coudre,
un temps pour se taire
et un temps pour parler,
8 un temps pour aimer
et un temps pour détester,
un temps pour la guerre
et un temps pour la paix.

 

 

 

DE LA PAROLE…

 

Nous n’avons pas de difficulté à reconnaître Dieu comme la source de la vie, de la santé et du bonheur. Mais ceux qui sont éloignés de Dieu, tant parmi les croyants que les non-croyants, peuvent se sentir exclus de telles bénédictions. Pour ceux dont la vie a été marquée par la douleur et les luttes, les bienfaits de Dieu peuvent paraître vraiment très lointains. Peut-être ont-ils même perdu de vue le Dieu de bienveillance et d’amour ? Peut-être sont-ils devenus désespérés ?

 

Les périodes sombres de la vie peuvent produire cet effet. Elles voilent la bonté de Dieu et nous donnent le sentiment d’être seuls au monde. Elles transforment la foi en scepticisme et l’espérance en cynisme. Dans la sombre nuit du doute ceux qui dans le passé, s’attendaient à Dieu réagissent soit en se rapprochant de lui, soit en le lâchant complètement. Quand la tentation de tout lâcher nous assaille, il est important de nous souvenir qu’il y a un temps pour naître, pour planter, pour soigner, pour construire. Il y a un temps pour la bonté de Dieu dans la vie du croyant.

 

Une interprétation populaire de ce passage affirme qu’un « temps pour tout » signifie que nous pouvons choisir la vision de la vie que nous désirons. « Un temps pour tout » peut signifier, à tort, que tout passe. Mais il s’agit plutôt d’une question de discernement. Celui-ci nous garde de l’orgueil et de l’insouciance dans les périodes de prospérité, et nous permet de ne pas devenir sombres et désagréables dans les temps de disette.

 

Il nous maintient à l’équilibre pour nous éviter un enthousiasme exagéré dans les jours heureux ainsi qu’un effondrement excessif aux heures les plus sombres. Ce passage nous rappelle l’importance de discerner ces temps de la vie, sachant que nos actes sont tributaires de tout le cycle des saisons et non pas de la météo d’aujourd’hui.

 

… AUX ACTES

 

Si vous traversez une période difficile, sachez qu’elle prendra fin. Les saisons de Dieu s’écoulent en leur temps et nombre d’entre elles sont bonnes. Il ne prive jamais ses enfants de toute bonne saison de la vie. La lumière viendra, le froid disparaîtra et Dieu bénira votre vie – en son temps.

 

(Extrait du livre « 365 méditations « Dans ses pas » de Chris Tiegreen)

Ichtus (2)