PLUS DE COMPASSION

 

Lecture proposée : (Esaïe 49.13-18)

13 Ciel, réjouis-toi!
Terre, crie d'allégresse!
Montagnes, éclatez en cris de joie!
En effet, l'Eternel console son peuple,
il a compassion des plus humbles de ses membres.
14 Sion disait: «L'Eternel m'a abandonnée,
le Seigneur m'a oubliée!»
15 Une femme oublie-t-elle l'enfant qu'elle allaite?
N'a-t-elle pas compassion du fils qui est sorti de son ventre?
Même si elle l'oubliait,
moi je ne t'oublierai jamais.
16 Vois! Je t'ai gravée sur mes mains.
Tes murailles sont constamment devant moi.
17 Tes fils accourent,
tandis que ceux qui t'avaient détruite et dévastée
partent de chez toi.
18 Lève les yeux et regarde tout autour:
tous ils se rassemblent, ils viennent vers toi.
Aussi vrai que je suis vivant, déclare l'Eternel,
tu les enfileras tous comme des bijoux,
tu t'en pareras à la manière d'une fiancée.

 

*

 

Une femme oublie-t-elle l'enfant qu'elle allaite ?

N'a-t-elle pas pitié du fruit de ses entrailles ?

(Esaïe 49.15)

 

J'ai fait la connaissance de ma femme, Marlène, à l'université. Je faisais des études pastorales et elle en enseignement primaire. La première fois que je l'ai vue travailler avec des enfants, j'ai su combien elle était dans son élément. Elle adorait les enfants. Cela est devenu encore plus évident lorsque nous nous sommes mariés et que nous avons nous-mêmes eu des enfants. La voir interagir avec eux était en soi un cours d'amour et d'acceptation inconditionnels. C'était clair pour moi qu'il n'y avait rien dans le monde entier qui soit comparable au tendre amour et à la compassion d'une mère pour son nouveau-né.

 

Voilà ce qui rend Esaïe 49.15 si remarquable. C'est ici que Dieu a dit à son peuple, qui se sentait abandonné et oublié (verset 14), que sa compassion est encore plus grande que celle d'une mère : « Une femme oublie-t-elle l'enfant qu'elle allaite ? N'a-t-elle pas pitié du fruit de ses entrailles ? Quand elle l'oublierait, moi je ne t'oublierai point ».

 

Parfois, nous vivons des épreuves dans la vie, et nous sommes tentés de croire que Dieu nous a oubliés. Nous croyons peut-être même que Dieu de nous aime plus, mais son amour pour nous est tout aussi large que les bras ouverts de Christ sur la croix. Et la tendre compassion de notre Père céleste est plus fiable et plus durable que l'amour d'une mère pur l'enfant qu'elle allaite. Rassurez-vous, son amour ne vous fera jamais défaut. (W.E.C).

 

L'amour de Dieu pour nous est aussi large que les bras largement ouverts de Christ sur la croix.

 

(Extrait de « Notre pain quotidien » )

Ichtus (2)