Ne vous conformez pas au siècle présent,

mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence…

(Romains 12.2)

 

Lecture proposée : (Romains 12.1-8)

  1 Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable. 2 Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l'intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait. 3 Par la grâce qui m'a été donnée, je dis à chacun de vous de n'avoir pas de lui-même une trop haute opinion, mais de revêtir des sentiments modestes, selon la mesure de foi que Dieu a départie à chacun. 4 Car, comme nous avons plusieurs membres dans un seul corps, et que tous les membres n'ont pas la même fonction, 5 ainsi, nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps en Christ, et nous sommes tous membres les uns des autres. 6 Puisque nous avons des dons différents, selon la grâce qui nous a été accordée, que celui qui a le don de prophétie l'exerce selon l'analogie de la foi ; 7 que celui qui est appelé au ministère s'attache à son ministère ; que celui qui enseigne s'attache à son enseignement, 8 et celui qui exhorte à l'exhortation. Que celui qui donne le fasse avec libéralité ; que celui qui préside le fasse avec zèle ; que celui qui pratique la miséricorde le fasse avec joie.

 

 

 

PAS EN GREC

 

« Conformer » et « transformer » sont des mots de la même famille en français. Pas dans l’original. En effet, le premier (suschèmatizô) parle de ce qui se voit, l’allure extérieure, tandis que le second (metamorphoô) parle d’une transformation intérieure, profonde.

 

Le chrétien se distingue en ce qu’il n’imite pas les idoles du monde, n’essaie pas de ressembler à ses dieux : stars, vedettes, champions sportifs, etc. Du moins devrait-ce être ainsi. Dieu le demande par la plume de Paul.

 

Mais il est tragiquement possible de n’avoir extérieurement rien de ressemblant au monde tout en ayant le monde dans le cœur, en fait, de n’avoir pas pris Jésus-Christ pour modèle de ses actes, ses sentiments et ses paroles, de sorte que le fait de nous rencontrer soit déjà comme rencontrer notre Seigneur. Le vrai chrétien se reconnaît à l’amour, la justice, l’honnêteté, la douceur qui sont les vertus du Christ en lui.

 

Voilà ce que Dieu veut faire de nous par une transformation profonde, œuvre de son Esprit, fruit de sa présence en nous. La non-conformité extérieure au monde n’est qu’hypocrisie si elle ne découle pas de la transformation intérieure que Paul appelle ici renouvellement de l’intelligence. Pour que la transformation s’accomplisse, Dieu attend notre abandon total : Offrez vos corps (eux-mêmes) comme un sacrifice vivant (Romains 12.1)

 

 

(Extrait des « Méditations Quotidiennes » - Richard Doulière)

Ichtus (2)