Ils prescrivent de ne pas se marier,

et de s’abstenir d’aliments que Dieu a créés

pour qu’ils soient pris avec actions de grâces

par ceux qui sont fidèles et qui ont connu la vérité 

(Timothée 4.3)

 

Lecture proposée : (1Timothée 4.1-9)

1 Mais l'Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, certains abandonneront la foi pour s'attacher à des esprits trompeurs et à des doctrines de démons, 2 car ils seront égarés par l'hypocrisie de menteurs dont la conscience est marquée au fer rouge. 3 Ces gens-là interdisent de se marier et de consommer des aliments que Dieu a pourtant créés pour qu'ils soient pris avec reconnaissance par ceux qui sont croyants et qui ont connu la vérité. 4 Tout ce que Dieu a créé est bon et rien ne doit être rejeté, pourvu qu'on le prenne dans une attitude de reconnaissance, 5 car cela est rendu saint par la parole de Dieu et la prière.
6 En exposant cela aux frères et sœurs, tu seras un bon serviteur de Jésus-Christ, nourri des paroles de la foi et du bon enseignement que tu as fidèlement suivi. 7 Rejette les contes profanes de vieilles femmes. Exerce-toi plutôt à la piété. 8 En effet, l'exercice physique est utile à peu de chose, tandis que la piété est utile à tout, car elle a la promesse de la vie présente et de la vie à venir. 9 Voilà une parole certaine, digne d'être acceptée sans réserve.

 

 

QU’ON SE LE DISE

 

Reprenons les avertissements de l’apôtre Paul à Timothée. Certains font dépendre le service chrétien et le niveau de sainteté des observances charnelles, comme si Dieu était lui-même charnel ! C’est le méconnaître que d’être persuadé de le contenter par des privations et des disciplines extérieures. On requiert le célibat, l’abstinence d’aliments pour lui plaire. C’est placer le péché au niveau de la matière et du corps alors qu’il se trouve dans le cœur (Marc 7.21) [En effet, c'est de l'intérieur, c'est du cœur des hommes que sortent les mauvaises pensées, les adultères, l'immoralité sexuelle, les meurtres,].

 

Dénonçons ces inventions qui dénaturent le véritable engagement que Dieu attend de chacun de nous. Qu’on se le dise : le salut de notre âme, le pardon de nos fautes et la réconciliation avec Dieu ne dépendent que de sa grâce. Elle se déverse dans les cœurs qui reçoivent le Fils comme leur sauveur.

 

Repoussons ces faiseurs de lois qui obscurcissent la simplicité et la clarté de l’Evangile. Chercher la perfection hors de la foi, c’est mettre en doute la grâce suffisante de Christ. Ajouter des privations à la foi chrétienne, c’est obscurcir le message de Christ. S’abstenir des choses dont la liberté est permise par Dieu (et, de ce fait, vouloir assujettir les autres à ces ordonnances) est une fausse doctrine. Qu’on se le dise !

 

 (Extrait des « Méditations Quotidiennes - Dominique Moreau)

Ichtus (2)