0074-Et la vie, te dis-je, est un terme

Et la vie, te dis-je, est un terme...jamais une fin qui tout ferme sur le néant.

Amour est comme une impression
Sauvage née d'une vraie dimension
De l'être qui s'installe pour panser
Les plaies du jour de la pensée
De l'autre qui se mire au fond nu
Du miroir insensé d'un passé bien trop cru.


Amour, chant d'amour, vie du partage…
Refrain des différences, enfantement du sage
Quand il ne retient rien et qu'il donne tout
A tous les bouts du monde, au sommet de l'absout...
Un cœur nu qu'on reconnait du bout de l'âme
Quand les doigts manquent au présent sur la trame.

Imprimer dans le regard intérieur de l'amitié qui naît,
Editer au revers de la main qui vient, tendrement sur nos paix,
Fleurir nos tombeaux de tous les pardonnés... Les oublier!
Dessiner en secret, comme un avenir de nos présents aimés,
Ces contours de la foi, nourriture absolue où vient se fondre enfin
Les souffrances humaines, les trahisons intimes mourant à nos « demains ».

S'en nourrir, s'en nourrir et ne jamais cesser d'en aimer la somme.
Mon amour, Amour est le battement de Dieu sur le cœur de l'homme.
Et la vie, te dis-je, est un terme
Jamais une fin qui sur le néant, tout ferme.



Yann