Vous demandez, et vous ne recevez pas,

 parce que vous demandez mal,

dans le but de satisfaire vos passions.

 (Jacques 4.3)

 

Lecture proposée : (2Chroniques 1.7-12)

7 Pendant la nuit, Dieu apparut à Salomon et lui dit : « Demande-moi ce que tu veux que je te donne.» 8 Salomon répondit à Dieu: «Tu as traité avec une grande bonté mon père David et tu m'as établi roi à sa place. 9 Maintenant, Eternel Dieu, tiens la promesse que tu as faite à mon père David, puisque tu m'as établi roi sur un peuple aussi nombreux que la poussière de la terre : 10 accorde-moi donc de la sagesse et de la connaissance afin que je sache diriger ce peuple ! En effet, qui pourrait juger ton peuple, ce peuple si grand ?»
11 Dieu dit à Salomon : « Puisque c'est cela qui est dans ton cœur, puisque tu ne réclames ni les richesses, ni des biens, ni la gloire, ni la mort de tes ennemis ni même une longue vie, mais que tu demandes pour toi de la sagesse et de la connaissance afin de juger mon peuple, sur lequel je t'ai établi roi, 12 la sagesse et la connaissance te sont accordées. Je te donnerai, en plus de cela, des richesses, des biens et une gloire tels qu'aucun roi n'en a jamais eu avant toi et n'en aura après toi. »

 

 

 

L’ESPRIT A COEUR

 

En songe, l’Eternel s’adressa à Salomon, le nouveau roi d’Israël : Demande ce que tu veux que je te donne (Lecture proposée).

 

Dans sa prière, le jeune souverain répondit magnifiquement à Dieu. Il le pria de lui accorder de la sagesse pour discerner le bien du mal afin de juger correctement son peuple.

 

Cette demande plus fortement à Dieu parce qu’il ne cherchait pas son intérêt personnel, mais celui des autres. Il ne demandait pas non plus ce que l’homme naturel considère : une longue vie, du succès, l’échec de ses opposants… Il ne se souciait pas des choses que réclame la chair, mais il choisit ce que l’Esprit lui indiquait comme bon et nécessaire : être juste, sage, éclairé par la vérité. Puisque c’est là ce qui est dans ton cœur, se réjouissait Dieu, et il lui annonça son exaucement en lui donnant plus encore (Lecture proposée).

 

Là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur, nous dit Jésus (Matthieu 6.21). Ce que notre cœur considère comme précieux fait notre prière. A qui laissons-nous l’influence de ses mouvements ? La chair ou l’Esprit ? L’apôtre Paul décrivait l’opposition fondamentale de leurs désirs (Galates 5.17) [en effet, la nature humaine a des désirs contraires à ceux de l'Esprit, et l'Esprit a des désirs contraires à ceux de la nature humaine. Ils sont opposés entre eux, de sorte que vous ne pouvez pas faire ce que vous voudriez.].

 

Jacques nous avertit que le choix de nos passions conduit à demander mal aux yeux de Dieu. Ayons plutôt à cœur de satisfaire l’Esprit ! Nos prières n’en seront que plus belles…

 

(Extrait des « Méditations Quotidiennes – Dominique Moreau)

Ichtus (2)