Nous le savons,

toutes choses coopèrent au bien de ceux qui aiment Dieu,

de ceux qui sont appelés selon son dessein

 (Romains 8.28)

 

Lectures proposées : (1Samuel 26.6-14)

6 David prit la parole et s'adressa à Achimélec, le Hittite, et à Abishaï, fils de Tseruja et frère de Joab. Il leur dit :« Qui veut descendre avec moi dans le camp vers Saül ?» Abishaï répondit : « Moi, je descendrai avec toi. » 7 David et Abishaï se rendirent de nuit vers la troupe. Saül était couché et dormait au milieu du camp, et sa lance était fichée en terre près de sa tête. Abner et le reste de la troupe étaient couchés autour de lui. 8 Abishaï dit à David : « Dieu livre aujourd'hui ton ennemi entre tes mains. Laisse-moi donc le frapper avec ma lance. Je le clouerai à terre d'un seul coup, je n'aurai pas à m'y reprendre à deux fois. » 9 Mais David dit à Abishaï : « Ne le supprime pas ! En effet, qui pourrait impunément porter la main contre celui que l'Eternel a désigné par onction ?» 10 David ajouta : « L'Eternel est vivant ! C'est à l'Eternel seul de le frapper, soit que son jour soit venu et qu'il meure, soit qu'il descende sur un champ de bataille et qu'il y soit supprimé. 11 Certes, par l'Eternel, je ne me risquerai pas à porter la main contre celui que l'Eternel a désigné par onction ! Prends seulement la lance qui est près de sa tête, ainsi que la cruche d'eau, et allons-nous-en.» 12 David prit donc la lance et la cruche d'eau qui étaient près de la tête de Saül, et ils s'en allèrent. Personne ne les vit ni ne s'aperçut de rien, et personne ne se réveilla. Ils dormaient tous d'un profond sommeil, parce que l'Eternel les y avait plongés.
13 David passa de l'autre côté et s'arrêta au loin sur le sommet de la montagne, à une grande distance du camp. 14 Puis il cria à la troupe et à Abner, fils de Ner : « Vas-tu répondre, Abner ?» Abner répondit : « Qui es-tu, toi qui pousses des cris vers le roi ?»

 

 

VRAIMENT « TOUTES » ?

 

Parce que rien n’est impossible à Dieu, je ne peux douter qu’il puisse agir de manière spectaculaire en intervenant dans un bref délai. Nous n’en manquons pas de preuves. Mais le miracle est plus souvent un concours de circonstances dont il est l’invisible auteur.

 

David descendit courageusement au milieu de la nuit vers le milieu du camp de Saül, son ennemi. Et l’Eternel l’a gardé de tous les risques qui l’entouraient. Mais son entreprise, il est aisé de le comprendre, aurait pu échouer si Dieu n’avait pas fait tomber un profond sommeil sur les hommes qui le poursuivaient. A force d’entendre certaines affirmations bibliques, l’esprit s’habitue au point de ne plus saisir leur force et leur stricte réalité.

 

Je demeure de plus en plus convaincu que Dieu, miraculeusement, agence, organise toutes choses en notre faveur. Quand Paul écrivit : toutes choses – ce qui est vraiment beaucoup dire -, il devait penser à tant d’épreuves parcourues en même temps que de formes de soutien intérieur. Nous le savons, nous qui aimons Dieu. Mais, dans les moments d’abattement, qui n’a jamais connu les interrogations ? Qui n’a jamais douté ?

 

Que sa consolation nous soit alors redonnée, n’est-ce pas aussi un miracle libérateur ?

 

 

(Extrait des « Méditations Quotidiennes » - Ivan Doulière)

Ichtus (2)