Si l'on marche pendant qu'il fait jour,

on ne bute pas contre les obstacles,

parce qu'on voit clair

(Jean 11.9)

 

Lecture proposée : (Jean 11.1-16)

1 Il y avait un homme malade; c'était Lazare de Béthanie, le village de Marie et de sa sœur Marthe. 2 - Marie était celle qui versa du parfum sur les pieds du Seigneur et qui les essuya avec ses cheveux; c'était son frère Lazare qui était malade. - 3 Les sœurs envoyèrent dire à Jésus: «Seigneur, celui que tu aimes est malade.»
4 A cette nouvelle, Jésus dit: «Cette maladie n'aboutira pas à la mort, mais elle servira à la gloire de Dieu, afin qu'à travers elle la gloire du Fils de Dieu soit révélée.»
5 Or, Jésus aimait Marthe, sa sœur et Lazare. 6 Quand il eut appris que Lazare était malade, il resta encore deux jours à l'endroit où il était. 7 Puis il dit aux disciples: «Retournons en Judée.»
8 Les disciples lui dirent: «Maître, tout récemment les Juifs cherchaient à te lapider et tu retournes là-bas?»
9 Jésus répondit: «N'y a-t-il pas douze heures de jour? Si quelqu'un marche pendant le jour, il ne trébuche pas, parce qu'il voit la lumière de ce monde; 10 mais si quelqu'un marche pendant la nuit, il trébuche, parce que la lumière n'est pas en lui.» 11 Après ces paroles, il leur dit: «Notre ami Lazare s'est endormi, mais je vais aller le réveiller.»
12 Les disciples lui dirent: «Seigneur, s'il s'est endormi, il sera guéri.»
13 En fait, Jésus avait parlé de la mort de Lazare, mais ils crurent qu'il parlait de l'assoupissement du sommeil. 14 Jésus leur dit alors ouvertement: «Lazare est mort. 15 Et à cause de vous, afin que vous croyiez, je me réjouis de ce que je n'étais pas là. Mais allons vers lui.»
16 Là-dessus Thomas, appelé Didyme, dit aux autres disciples: «Allons-y, nous aussi, afin de mourir avec lui.»

 

 

 

LE CODE DE LA ROUTE

 

Lorsque tu apprends à conduire, tu commences par le Code de la route. Dans le royaume de Dieu, c'est pareil. Sans cela, comment éviter un accident fatal ?

 

La priorité

 

Avant, je déterminais mes propres priorités, ou je laissais cela à d'autres. Et maintenant ? Je prends exemple sur Jésus. Seule la volonté du Père comptait pour lui. Lazare meurt-il parce que Jésus n'a pas fait de sa guérison une priorité ? Sa route n'est pas une autoroute. Elle ressemble plutôt à une impasse où tout conduit à la croix. Ai-je appris mes priorités dans la vie chrétienne ?

 

La vitesse

 

Pour nous, cela ne va jamais assez vite. Mais à quelle vitesse va-t-on sur la route de Dieu ? A la vitesse de Jésus : 4 kilomètres à l'heure ! Sans fin on le presse pour accélérer le pas : plus vite, ma fille est malade ! Mais il va à sa vitesse. Nous avons tant d'idées pour aller plus vite... vers la croissance, ver le succès. Mais il nous faut ralentir si nous voulons marcher avec Dieu.

 

La maîtrise

 

Tant de gens roulent « sous influence », maîtrisés par un autre esprit. L'ennemi, le péché et tant de choses de ce monde cherchent à nous contrôler. Faut-il se perdre dans le brouillard qui en est le résultat ou laisser l'Esprit saint nous maîtriser ?

 

Et Lazare ? Selon ses priorités et à sa vitesse, avec une maîtrise parfaite, Jésus arrive au bon moment.

 

(Extrait des « Méditations Quotidiennes – Egbert Egberts)

Ichtus (2)