C'est un piège pour l'homme

que de prendre à la légère un engagement sacré,

et de ne réfléchir qu'après avoir fait un vœu

(Proverbes 20.25)

 

Lecture proposée : (Ecclesiaste 4.17 à 5.6)

17 Veille sur ton pied, lorsque tu entres dans la maison de Dieu: approche-toi pour écouter, au lieu d'offrir le sacrifice que présentent les hommes stupides parce qu'ils ne savent pas qu'ils agissent mal.

 

1 Ne t'empresse pas d'ouvrir la bouche! Que ton cœur ne se précipite pas pour exprimer une parole devant Dieu! En effet, Dieu est au ciel, et toi sur la terre. Que tes paroles soient donc peu nombreuses! 2 Oui, les rêves surgissent dans un flot d'occupations, et la voix de l'homme stupide dans un flot de paroles.
3 Lorsque tu as fait un vœu à Dieu, ne tarde pas à l'accomplir, car il n'aime pas les hommes stupides. Accomplis le vœu que tu as fait! 4 Mieux vaut pour toi ne pas faire de vœu plutôt que d'en faire un et de ne pas l'accomplir. 5 Ne permets pas à ta bouche de te faire pécher et ne dis pas devant le messager de Dieu que c'est un péché involontaire. Pourquoi Dieu devrait-il s'irriter à cause de tes paroles et détruire le travail de tes mains? 6 Oui, s'il y a des absurdités dans un flot de rêves, il y en a aussi dans un flot de paroles. C'est pourquoi, crains Dieu!

 

 

 

OUI, PRENDS TOUT, SEIGNEUR

 

Connaissez-vous « La Pastorale des santons de Provence » ? Cette histoire fait naître Jésus en Provence. Pendant cette nuit de Noël, il y a un certain nombre de miracles et de bonnes résolutions qui se prennent. En particulier, il y a le berger qui, s'adressant à Dieu, lui dit à peu près ceci : « Seigneur, je te donnerai tout ce que tu veux, même mon chien, mais ne me le demande pas ! ». On dit par ailleurs que « les chrétiens se donnent tout entiers, mais qu'ils se reprennent par petits morceaux ». Qu'y a-t-il de vrai dans ces deux exemples qui appartiennent à la littérature profane ?

 

Le verset ci-dessus, du livre des Proverbes, nous met en garde contre des engagements pris à la légère. Jepthté en a fait la triste expérience après avoir fait un vœu inconsidéré qui l'obligea à sacrifier sa fille unique :

[29 L'Esprit de l'Eternel reposa sur Jephthé. Il traversa Galaad et Manassé, puis il passa à Mitspé de Galaad. De là, il marcha contre les Ammonites. 30 Jephthé fit un vœu à l'Eternel. Il dit: «Si tu livres les Ammonites entre mes mains, 31 toute personne qui, à mon heureux retour de chez les Ammonites, sortira de chez moi pour venir à ma rencontre appartiendra à l'Eternel, et je l'offrirai en holocauste.»
32 Jephthé marcha contre les Ammonites et l'Eternel les livra entre ses mains. 33 Il leur infligea une très grande défaite, depuis Aroër jusque vers Minnith, espace qui comptait 20 villes, et jusqu'à Abel-Keramim. Les Ammonites furent humiliés devant les Israélites.
34 Jephthé retourna chez lui à Mitspa. Et voici que sa fille sortit à sa rencontre avec des tambourins et des danses. C'était son seul enfant: il n'avait pas de fils et pas d'autre fille. 35 Dès qu'il la vit, il déchira ses vêtements et dit: «Ah! ma fille! Tu me jettes dans l'abattement, tu fais partie de ceux qui me troublent! J'ai fait un vœu à l'Eternel et je ne peux revenir en arrière.»
36 Elle lui dit: «Mon père, si tu as fait un vœu à l'Eternel, traite-moi conformément à tes paroles, maintenant que l'Eternel t'a vengé de tes ennemis, des Ammonites.»

(Juges 11.29-36)[.

 

Il n'est pas interdit de faire des vœux à l'Eternel notre Dieu, de s'engager à faire ceci ou cela, à respecter telle ou telle chose en son honneur. « Oui, prends tout, Seigneur ! ». Nous sommes seulement invités à réfléchir et à prier afin que Dieu nous donne la force d'aller jusqu'au bout de nos engagements.

 

(Extrait des « Méditations Quotidiennes – Jack Mouyon)

Ichtus (2)