comme les ailes d un mme papillon

 

Comme les ailes d’un même papillon :

« T’en souvient-il ? »

 

 

Cette image de pluie sur un visage d’ange

Dessine ne gouttelettes la colère du temps.

Il pleut des larmes de ciel, sur la terre en sang

Se lave l’heure vide nettoyant sa fange.

 

L’enfant tombe à genoux pour un peu de soleil,

Et le doute l’assaille et la crainte le prend.

Il y avait la chaleur avant la guerre du vent ;

Les animaux se terrent pour un long sommeil.

 

Les hommes n’ont rien fait et le monde se meurt,

Et le silence naît pour son éternité

Dieu que la terre fut belle avant son feu passé,

Un paradis de foi sans embryons de peur.

 

Les univers chantaient et l’on voyait les anges,

Les étoiles brillaient sur champs d’amour immense,

Les âmes humaines entraient dans cette danse

Où la paix apaisait tous les cœurs en vendanges.

 

Il m’en souvient aussi de ta main dans la mienne…

Déjà nous nous aimions sans nous le dire encore,

L’enfant secret tapi tout au fond de nos corps

Se nourrissait alors de notre âme aérienne.

 

yann