0020MEV-Raison de vivre

Raison de vivre

(Aux bateaux dépressifs)


Mon bateau crève en cale sèche,
De son mas mordoré il pleure
Le reste des vergues qui meurent
Alors qu'un goéland y prêche.

Le "Raison de Vivre" n'est plus.
Au fond de sa cale des planches
Se racontent les avalanches
Qu'elles boivent du ciel issues.

Les yeux, pauvres clous tout rouillés,
Ne peuvent que pleurer la coque
Que la mer, le ciel et le roc
Sans répits ont éventrée.

Le gouvernail gît dans un coin,
Plus un matelot à la barre,
Pas même un coquillage rare
Pour lui chanter un lendemain.

Plaintes des voiles engoncées
Sous les kilos de vase noire
Qui réclament un vent d'espoir
N'ont que les "busucs" à braver.

Le bout-dehors n'est plus qu'épave
Ensanglanté d'éclat de bois;
Mais il n'y a plus cette fois
D'embruns pour ce bout-dehors brave.

Les cadènes écaillées pendent
Sans pouvoir retrouver leurs vis
Et crient dans un coin, puis glissent
Au gré du vent, au gré du temps.

La chaîne d'encre engoncée d'algues
Appelle à l'agonie son dard
Qui farouche traîne ses peines,
Un casier sert de catafalque.

Les lignes qui firent mes pêches
Demandent en voyant le ciel,
Où je suis au frêle nuage
Qui reste muet dans sa crèche.

Et la pointe acérée du temps
A réduit le "Raison de Vivre"
En tas de cendres qu'il enivre
De pluie, de soleil et de vent.

yann