Luc 7:34-48 (Segond 21)

34 Le Fils de l'homme est venu, il mange et il boit, et vous dites: ‘C'est un glouton et un buveur, un ami des collecteurs d'impôts et des pécheurs.' 35 Mais la sagesse a été reconnue juste par tous ses enfants.»
36
Un pharisien invita Jésus à manger avec lui. Jésus entra dans la maison du pharisien et se mit à table. 37 Une femme pécheresse qui se trouvait dans la ville apprit qu'il était à table dans la maison du pharisien. Elle apporta un vase plein de parfum 38 et se tint derrière, aux pieds de Jésus. Elle pleurait, et bientôt elle lui mouilla les pieds de ses larmes, puis les essuya avec ses cheveux, les embrassa et versa le parfum sur eux.
39 Quand le pharisien qui avait invité Jésus vit cela, il se dit en lui-même: «Si cet homme était prophète, il saurait qui est celle qui le touche et de quel genre de femme il s'agit, il saurait que c'est une pécheresse.»
40 Jésus prit la parole et lui dit: «Simon, j'ai quelque chose à te dire.»
«Maître, parle», répondit-il.
41 «Un créancier avait deux débiteurs: l'un d'eux lui devait 500 pièces d'argent, et l'autre 50. 42 Comme ils n'avaient pas de quoi le rembourser, il leur remit à tous deux leur dette. Lequel des deux l'aimera le plus?»
43 Simon répondit: «Celui, je pense, auquel il a remis la plus grosse somme.»
Jésus lui dit: «Tu as bien jugé.»
44 Puis il se tourna vers la femme et dit à Simon: «Tu vois cette femme? Je suis entré dans ta maison et tu ne m'as pas donné d'eau pour me laver les pieds; mais elle, elle les a mouillés de ses larmes et les a essuyés avec ses cheveux. 45 Tu ne m'as pas donné de baiser; mais elle, depuis que je suis entré, elle n'a pas cessé de m'embrasser les pieds. 46 Tu n'as pas versé d'huile sur ma tête; mais elle, elle a versé du parfum sur mes pieds. 47 C'est pourquoi je te le dis, ses nombreux péchés ont été pardonnés, puisqu'elle a beaucoup aimé. Mais celui à qui l'on pardonne peu aime peu.»
48 Et il dit à la femme: «Tes péchés sont pardonnés.»


Notes de la Bible Segond 21

Luc 7

  • 7.47 Puisqu'elle a beaucoup aimé : l'attitude de cette femme envers Christ démontrait qu'elle avait conscience de ses péchés et de son besoin de pardon.

 

 

 

 

PECHER LA OU ILS NE SONT PAS

 

J’ai un bon ami avec qui je vais pêcher de temps à autre. Après avoir mis ses bottes de pêcheur et rassemblé son équipement, cet homme très réfléchi s’assoit sur le hayon de sa camionnette et scrute la rivière pendant une bonne quinzaine de minutes, à la recherche de poissons venant à la surface. « A quoi bon pêcher là où ils ne sont pas ? » dit-il, ce qui me rappelle une autre question : « Est-ce que je pêche les âmes là où elles ne sont pas ? ».

 

On disait de Jésus qu’il était « un ami des publicains et des gens de mauvaise vie » (Luc 7.34). En tant que chrétiens, nous devons nous comporter différemment du monde, mais le fréquenter assidûment comme il l’a fait. Nous devons donc nous demander : A l’instar de Jésus, est-ce que j’ai des amis qui sont pécheurs ? Si je n’ai que des amis chrétiens, je risque de pêcher des âmes « là où elles ne sont pas ».

 

Fréquenter des non-croyants constitue le premier pas à faire pour « pêcher ». Ensuite vient l’amour – une bonté qui permet de voir sous la surface de leurs remarques déplacées, d’entendre le cri plus profond de leur âme qui demande : « pourrais-tu m’en dire plus ? », et d’y répondre avec compassion.

 

«Il y a beaucoup de prédications dans ce genre d’amitié », a déclaré le pasteur George Herbert (1593-1633).

 

Prions : « Seigneur, aide-moi à entendre aujourd’hui le cri de détresse du cœur des non-croyants qui m’entourent et à y répondre par ta vérité, en leur témoignant ton amour et ta compassion ».

Nous devons servir de canaux à la vérité de Dieu, et non de réservoirs

 

(Extrait de « Notre Pain Quotidien » - D.H.R)

 

Ichtus (2)