36 Là-dessus, Jésus se rendit avec eux dans un endroit appelé Gethsémané et il dit aux disciples: «Asseyez-vous [ici] pendant que je m'éloignerai pour prier.»
37 Il prit avec lui Pierre et les deux fils de Zébédée et il commença à être saisi de tristesse et d'angoisse. 38 Il leur dit alors: «Mon âme est triste à en mourir. Restez ici, éveillés avec moi.»
39 Puis il avança de quelques pas, se jeta le visage contre terre et fit cette prière: «Mon Père, si cela est possible, que cette coupe s'éloigne de moi! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux.»
40 Il revint vers les disciples, qu'il trouva endormis, et dit à Pierre: «Vous n'avez donc pas pu rester éveillés une seule heure avec moi! 41 Restez vigilants et priez pour ne pas céder à la tentation. L'esprit est bien disposé, mais par nature l'homme est faible.»
42 Il s'éloigna une deuxième fois et fit cette prière: «Mon Père, s'il n'est pas possible que cette coupe s'éloigne [de moi] sans que je la boive, que ta volonté soit faite!»
43 Il revint et les trouva encore endormis, car ils avaient les paupières lourdes.
44 Il les quitta, s'éloigna de nouveau et pria pour la troisième fois, répétant les mêmes paroles.
45 Puis il revint vers ses disciples et leur dit: «Vous dormez maintenant et vous vous reposez! Voici, l'heure est proche et le Fils de l'homme est livré entre les mains des pécheurs. 46 Levez-vous, allons-y! Celui qui me trahit s'approche.»
47 Il parlait encore quand Judas, l'un des douze, arriva avec une foule nombreuse armée d'épées et de bâtons, envoyée par les chefs des prêtres et par les anciens du peuple. 48 Celui qui le trahissait leur avait donné ce signe: «L'homme auquel je donnerai un baiser, c'est lui. Arrêtez-le!» 49 Aussitôt, il s'approcha de Jésus en disant: «Salut, maître!», et il l'embrassa.
50 Jésus lui dit: «Mon ami, ce que tu es venu faire, fais-le.» Alors ces gens s'avancèrent, mirent la main sur Jésus et l'arrêtèrent.
51 Un de ceux qui étaient avec Jésus mit la main sur son épée et la tira; il frappa le serviteur du grand-prêtre et lui emporta l'oreille.
52 Alors Jésus lui dit: «Remets ton épée à sa place, car tous ceux qui prendront l'épée mourront par l'épée. 53 Penses-tu que je ne puisse pas faire appel à mon Père, qui me donnerait à l'instant plus de douze légions d'anges? 54 Comment donc s'accompliraient les Ecritures, d'après lesquelles cela doit se passer ainsi?»
55 A ce moment, Jésus dit à la foule: «Vous êtes venus vous emparer de moi avec des épées et des bâtons, comme pour un brigand. J'étais tous les jours assis [parmi vous], enseignant dans le temple, et vous ne m'avez pas arrêté. 56 Mais tout cela est arrivé afin que les écrits des prophètes soient accomplis.»
Alors tous les disciples l'abandonnèrent et prirent la fuite.

(Matthieu 26.36-56)

 

 

BOIRE LA COUPE…

Bien des points sont communs à Socrate et Jésus. Tous deux peuvent être considérés comme des modèles de sagesse. Tous deux ont placé la vérité et la justice au centre de leur vie. Ils furent tous deux injustement condamnés à mort par les autorités politiques et religieuses de leur temps.

 

Cependant, leur approche de la mort les distingue. Socrate l’a abordée avec sérénité en buvant la coupe de ciguë qu’on lui tendait. La mort n’était pour lui que la libération de l’âme de son corps mortel. Jésus a affronté la mort dans les larmes et l’angoisse à Gethsémané. Il a livré un terrible combat pour accepter la coupe de la colère de Dieu contre le péché des hommes. Sachant qu’il était venu sur terre pour prendre sur lui à la croix le châtiment de nos fautes, il avait appréhendé ce moment où il serait abandonné par son Père, privé de sa communion avec lui.

 

Comme l’écrit le pasteur Dietrich Bonhoeffer peu avant son exécution par les nazis : « Pâques ? Socrate sait mourir. Le Christ vainquit la mort en tant que dernier ennemi. Savoir mourir ne signifie pas encore vaincre la mort… La victoire sur la mort s’appelle résurrection. »

 

La grande différence avec Socrate, c’est que, par sa mort et sa résurrection, Jésus a vaincu la mort !

 

(Extrait des « Méditations Quotidiennes » - Bernard Grebille)

 

Ichtus (2)