Vous-mêmes,

vous êtes devenus nos imitateurs et ceux du Seigneur

en accueillant la parole au milieu de grandes difficultés,

avec la joie du Saint-Esprit.

(1 Thessaloniciens 1.6)

 

Lecture proposée : (2 Thessaloniciens 3.6-13)

6 Nous vous recommandons, frères et sœurs, au nom de notre Seigneur Jésus-Christ, de vous éloigner de tout frère qui mène une vie désordonnée et ne suit pas les instructions reçues de nous. 7 Vous savez vous-mêmes comment il faut nous imiter, car nous ne nous sommes pas livrés au désordre parmi vous 8 et nous n'avons mangé gratuitement le pain de personne; au contraire, nuit et jour, dans la fatigue et dans la peine, nous avons travaillé pour n'être à la charge d'aucun de vous. 9 Non que nous n'en ayons pas le droit, mais nous avons voulu vous donner en nous-mêmes un modèle à imiter. 10 En effet, lorsque nous étions chez vous, nous vous recommandions ceci: si quelqu'un ne veut pas travailler, qu'il ne mange pas non plus. 11 Nous apprenons cependant que quelques-uns parmi vous mènent une vie désordonnée: ils ne travaillent pas mais se mêlent des affaires des autres. 12 Nous invitons ces gens-là, et nous les encourageons par notre Seigneur Jésus-Christ, à travailler paisiblement pour manger leur propre pain.
13 Quant à vous, frères et sœurs, ne négligez pas de faire le bien.

 

 

 

ADOPTER LE BON MODELE

 

L’idée de choisir un modèle n’est pas bien vue à l’époque où nous vivons. On considère le modèle comme un carcan, on refuse de se laisser « couler dans un moule ». Aucun de nous n’est totalement imperméable à la mentalité de la société dans laquelle nous vivons. Cela vaut donc la peine de réfléchir à la question de modèles.

 

Malgré un refus apparent de tout modèle (au niveau du discours), il y a des modèles partout. Ils sont généralement éphémères. Ce sont des modes : vestimentaires, technologiques, mais également théologiques. Nous nous en méfions à juste titre, mais comment y échapper ? Comment les peser, les évaluer ? En fait, nous avons besoin d’un modèle juste et fiable pour nous guider. C’est de ce modèle que parle notre texte, un modèle d’un autre genre, stable et utile dans un monde qui change, un appui sûr pour notre pensée et notre conduite.

 

En filigrane, nous comprenons que, pour Paul et ses compagnons, il est tout à fait normal pour des chrétiens de « prendre modèle » : Vous savez comment nous avons été parmi vous (…) Et vous-mêmes, vous nous avez imités, nous et le Seigneur… Nous reconnaissons là le principe qui guidait Paul lui-même : Soyez mes imitateurs, comme je le suis moi-même de Christ. (1 Corinthiens 11.1). Imiter Jésus ne sera jamais un enfermement ou un appauvrissement, mais toujours une libération et un enrichissement.

 

(Extrait des « Méditations Quotidiennes » - Robert Souza)

 

Ichtus (2)