5 De même, vous qui êtes jeunes, soumettez-vous aux anciens. Et vous soumettant tous les uns aux autres, revêtez-vous d'humilité, car Dieu s'oppose aux orgueilleux, mais il fait grâce aux humbles. 6 Humiliez-vous donc sous la puissante main de Dieu, afin qu'il vous élève au moment voulu. 7 Déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, car lui-même prend soin de vous.
8 Soyez sobres, restez vigilants: votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui dévorer. 9 Résistez-lui avec une foi inébranlable, sachant que les mêmes souffrances sont imposées à vos frères et sœurs dans le monde.
10 Le Dieu de toute grâce vous a appelés en [Jésus-]Christ à sa gloire éternelle. Après que vous aurez souffert un peu de temps, il vous rétablira lui-même, vous affermira, vous fortifiera, vous rendra inébranlables. 11 A lui soient [la gloire et] la puissance aux siècles des siècles! Amen!

(1 Pierre 5.5-11)

 

 

 

TROIS ORDRES ET UNE CERTITUDE

 

Ce texte de la fin de cette lettre de Pierre est plutôt bien connu, mais aviez-vous remarqué les impératifs ? J’en ai compté sept. Prenons-nous cela comme des ordres ? « Par ta puissance, brise, soumets ma résistance à tout jamais, courbe mon être, ma volonté, sois-en le Maître incontesté. »

 

Humiliez-vous ! Il ne dit pas : Soyez humbles. Nous ne le sommes guère. Non, mettez le manteau de l’humilité, couvrez la nudité de votre orgueil par le manteau de Jésus. S’humilier, c’est choisir le chemin de Jésus et laisser ses revendications. La grâce sera donnée aux humbles. Les autres devront faire sans.

 

Veillez ! Etre chrétien à sa façon ? Non, l’ennemi rôde, votre adversaire. Deux sphères d’influence se dessinent ainsi : dans l’une, nous sommes protégés par l’Agneau, dans l’autre nous sommes la proie du lion qui rôde. Il ne faut donc pas s’assoupir au risque de se faire dévorer.

 

Résistez ! Quel verbe fatigant ! Il veut dire : mets ton armure et défends-toi ! Plante-toi fermement sur le sol de la Parole de Dieu et ne te laisse pas désarçonner.

 

Ces impératifs sont accompagnés d’une promesse. La souffrance et l’adversaire n’auront pas le dernier mot, car rien ne pourra empêcher la victoire totale de Jésus. « Qu’ils prennent tout, chrétiens, notre vie et nos biens, laissons-les faire ! Ils n’y gagneront guère : le Royaume nous appartient ! »

(Extrait des « Méditations Quotidiennes – Egberts)

 

Ichtus (2)