Le fils de l’homme est venu,

non pour être servi,

mais pour servir et donner sa vie comme la rançon de plusieurs

(Matthieu 20.28)

 

Lecture proposée : (Matthieu 20.20-28)

20 Alors la mère des fils de Zébédée s'approcha de Jésus avec ses fils et se prosterna pour lui faire une demande.
21 Il lui dit: «Que veux-tu?»
«Ordonne, lui dit-elle, que dans ton royaume mes deux fils que voici soient assis l'un à ta droite et l'autre à ta gauche.»
22 Jésus répondit: «Vous ne savez pas ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que je vais boire [ou être baptisés du baptême dont je vais être baptisé]?»
«Nous le pouvons», dirent-ils.
23 Il leur répondit: «Vous boirez en effet ma coupe [et vous serez baptisés du baptême dont je vais être baptisé]. Mais quant à être assis à ma droite et à ma gauche, cela ne dépend pas de moi et ne sera donné qu'à ceux pour qui mon Père l'a préparé.»
24 Après avoir entendu cela, les dix autres furent indignés contre les deux frères. 25 Jésus les appela et leur dit: «Vous savez que les chefs des nations dominent sur elles et que les grands les tiennent sous leur pouvoir. 26 Ce ne sera pas le cas au milieu de vous, mais si quelqu'un veut être grand parmi vous, il sera votre serviteur; 27 et si quelqu'un veut être le premier parmi vous, qu'il soit votre esclave. 28 C'est ainsi que le Fils de l'homme est venu, non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour beaucoup.»

 

 

SERVIR LA VRAIE GRANDEUR

 

Venu pour servir… Que cela sonne d’étrange façon en un temps où chacun veut être le premier, le chef avec le monde entier à son service.

 

Même les disciples de Jésus discutaient entre eux pour savoir lequel était le plus grand !

 

N’y a-t-il pas aussi des hommes d’Eglise ou prétendus serviteurs de Dieu qui, s’ils le pouvaient, mettraient les fidèles à leur service quand ce n’est pas à leurs pieds ?

 

Jésus, le créateur et le maître de l’Univers, est venu, voici vingt siècles, tout exprès pour servir.

 

Il ne pouvait mieux nous montrer que la vraie grandeur se trouve dans cette démarche. Si quelqu’un veut être réellement grand, qu’il renonce donc à l’illusoire mégalomanie qui se repaît de l’adulation des autres ; de la pseudo-grandeur qui s’impose et se laisse tromper par ses propres apparences ou les flatteries du voisinage.

 

Si quelqu’un veut être grand, qu’il aspire à la grandeur intérieure, modeste et cachée, qui ne s’inscrit que dans le service d’autrui !

 

Y a-t-il plus grand que Jésus-Christ ? Or, c’est à servir qu’il mit sa gloire et sa grandeur.

 

Insensés sommes-nous si nous cherchons ailleurs une grandeur qui soit au-delà des mesquineries humaines et ait valeur éternelle ; malheur à nous si c’est ici-bas que nous cherchons succès, approbation ou considération.

 

(Extrait des « Méditations Quotidiennes » – Richard Doulière)

 

Ichtus (2)