« Car le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu.»

(Luc 19.10)

 

Lecture proposée : (Luc 15.11-32)

11 Il dit encore: «Un homme avait deux fils. 12 Le plus jeune dit à son père: ‘Mon père, donne-moi la part de l'héritage qui doit me revenir.' Le père leur partagea alors ses biens. 13 Peu de jours après, le plus jeune fils ramassa tout et partit pour un pays éloigné, où il gaspilla sa fortune en vivant dans la débauche. 14 Alors qu'il avait tout dépensé, une importante famine survint dans ce pays et il commença à se trouver dans le besoin. 15 Il alla se mettre au service d'un des habitants du pays, qui l'envoya dans ses champs garder les porcs. 16 Il aurait bien voulu se nourrir des caroubes que mangeaient les porcs, mais personne ne lui en donnait. 17 Il se mit à réfléchir et se dit: ‘Combien d'ouvriers chez mon père ont du pain en abondance et moi, ici, je meurs de faim! 18 Je vais retourner vers mon père et je lui dirai: Père, j'ai péché contre le ciel et contre toi, 19 je ne suis plus digne d'être appelé ton fils, traite-moi comme l'un de tes ouvriers.'
20 »Il se leva et alla vers son père. Alors qu'il était encore loin, son père le vit et fut rempli de compassion, il courut se jeter à son cou et l'embrassa. 21 Le fils lui dit: ‘Père, j'ai péché contre le ciel et contre toi, je ne suis plus digne d'être appelé ton fils.' 22 Mais le père dit à ses serviteurs: ‘Apportez [vite] le plus beau vêtement et mettez-le-lui; passez-lui un anneau au doigt et mettez-lui des sandales aux pieds. 23 Amenez le veau qu'on a engraissé et tuez-le! Mangeons et réjouissons-nous, 24 car mon fils que voici était mort et il est revenu à la vie, il était perdu et il est retrouvé.' Et ils commencèrent à faire la fête.
25 »Or le fils aîné était dans les champs. Lorsqu'il revint et approcha de la maison, il entendit la musique et les danses. 26 Il appela un des serviteurs et lui demanda ce qui se passait. 27 Le serviteur lui dit: ‘Ton frère est de retour et ton père a tué le veau engraissé parce qu'il l'a retrouvé en bonne santé.' 28 Le fils aîné se mit en colère et il ne voulait pas entrer. Son père sortit le supplier d'entrer, 29 mais il répondit à son père: ‘Voilà tant d'années que je suis à ton service sans jamais désobéir à tes ordres, et jamais tu ne m'as donné un chevreau pour que je fasse la fête avec mes amis. 30 Mais quand ton fils est arrivé, celui qui a mangé tes biens avec des prostituées, pour lui tu as tué le veau engraissé!' 31 ‘Mon enfant, lui dit le père, tu es toujours avec moi et tout ce que j'ai est à toi, 32 mais il fallait bien faire la fête et nous réjouir, parce que ton frère que voici était mort et il est revenu à la vie, il était perdu et il est retrouvé.'»

 

 

QUEL FILS ES-TU ?

 

Cette magnifique parabole est la dernière d’une série de trois : la brebis perdue, la pièce perdue et le fils perdu. Jésus veut éclairer la lanterne des pharisiens sur la notion de « perdu ». Nous allons nous rendre compte que le plus perdu des fils n’est pas celui qu’on croit. Certes, le fils cadet a humilié son père, il a vécu dans la débauche, mais il a eu l’humilité de reconnaître ses torts, le courage de faire demi-tour, et de retourner vers son père. Il est accueilli à bras ouverts ; le veau gras tué pour l’occasion – la viande est rare à l’époque -, montre que son père lui offre une restauration totale. Dieu ne pardonne pas à moitié !

 

Le fil aîné a des qualités. Il a travaillé dur dans la maison, a toujours obéi, n’a jamais amené la disgrâce sur sa famille, mais lui aussi juge son père égoïste, injuste. Il l’aime pour ce qu’il peut en obtenir. Il est orgueilleux (il pense en refusant d’entrer dans la salle de fête, et… il est triste !

 

Dans cette parabole, Jésus montre deux types de perdus : ceux qui le sont en faisant le mal et ceux qui le sont en faisant le bien sans se rendre compte de leur état réel !

 

Et nous, à quelle personne de la parabole ressemblons-nous le plus ? Au fils cadet, au fils aîné ou… au père ?

(Extrait des « Méditations Quotidiennes » - Eric Preud’homme)

 

Ichtus (2)