« Il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons,

et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes »

(Matthieu 5.45)

 

Lecture proposée : (Job 38 .22-30)

22 »Es-tu parvenu jusqu'aux réserves de neige?
As-tu vu les dépôts de grêle
23 que je tiens en réserve pour les moments de détresse,
pour les jours de guerre et de bataille?
24 Par quel chemin la lumière se divise-t-elle
et le vent d'est déferle-t-il sur la terre?
25 Qui a ouvert un passage pour les averses,
un chemin pour l'éclair et le tonnerre,
26 pour que la pluie tombe sur une terre sans habitants,
sur un désert où il n'y a pas d'êtres humains,
27 pour qu'elle rassasie les endroits solitaires et arides
et fasse pousser et sortir l'herbe?
28 »La pluie a-t-elle un père?
Qui donc fait naître les gouttes de rosée?
29 De quel ventre est sortie la glace
et qui a donné naissance au givre,
30 pour que l'eau se déguise en pierre
et que la surface du gouffre reste figée?

 

 

CHANGER LA METEO

 

Dans la vie quotidienne, les conversations courantes portent souvent sur la météo. A les écouter, le temps n’est pas ce qu’il devait être. Je n’ose cependant imaginer ce qui se passerait si nous pouvions l’influencer : dérèglements bien plus extrêmes, affrontement des lobbys agro-industriels et touristiques, etc.

 

L’homme n’a pas de pouvoir sur le climat. Il y a plus de vingt siècles, en Inde, un vieux texte affirmait déjà : « Les rayons du soleil et de la lune tombent également sur tous les hommes, sur les bons comme sur les méchants, sans qu’il y ait diminution ni augmentation de leur éclat » (« Le lotus de la Bonne Loi », Inde, 1er – VIè siècles).

 

La science a beau nous affirmer qu’il ne s’agit que de gouttes d’eau en déplacement, les calculateurs les plus puissants de la planète ont beau essayer de prévoir le temps… Dieu conserve sa souveraineté sur le climat. C’est lui qui a mis en place les cycles écologiques que la science moderne découvre, par exemple, le cycle de l’eau (Esaïe 55.10)[La pluie et la neige descendent du ciel et n'y retournent pas sans avoir arrosé la terre, sans l'avoir fécondée et avoir fait germer ses plantes, sans avoir *fourni de la semence au semeur et du pain à celui qui mange ].

 

Barnabas et Paul affirment que Dieu montre sa bonté en donnant la pluie et les saisons fertiles, et qu’ainsi il nous comble de nourriture (Actes 14.17)[Pourtant, il n'a pas cessé de rendre témoignage à ce qu'il est par le bien qu'il fait: il vous envoie du ciel les pluies et les saisons fertiles, il vous comble de nourriture et remplit votre cœur de joie.» ].

Peut-on encore dire : quel temps de chien ?

 

N’est-il pas temps de cesser de maugréer au sujet du temps, et de reconnaître d’où il nous vient ?

 

(Extrait des « Méditations Quotidiennes » - Jean-Louis Théron)

 

Ichtus (2)