Je te loue de ce que je suis une créature merveilleuse.

Tes œuvres sont admirables,

et mon âme le reconnaît bien

(Psaume 139.14)

 

Lecture proposée : (Psaume 139)

Science infinie de Dieu

1 Au chef de chœur.
Psaume de David.
Eternel, tu m'examines et tu me connais,
2 tu sais quand je m'assieds et quand je me lève,
tu discernes de loin ma pensée.
3 Tu sais quand je marche et quand je me couche,
et toutes mes voies te sont familières.
4 La parole n'est pas encore sur ma langue
que déjà, Eternel, tu la connais entièrement.
5 Tu m'entoures par-derrière et par-devant,
et tu mets ta main sur moi.
6 Une telle connaissance est trop extraordinaire pour moi,
elle est trop élevée pour que je puisse l'atteindre.
7 Où pourrais-je aller loin de ton Esprit,
où pourrais-je fuir loin de ta présence?
8 Si je monte au ciel, tu es là;
si je me couche au séjour des morts, te voilà.
9 Si je prends les ailes de l'aurore
pour habiter à l'extrémité de la mer,
10 là aussi ta main me conduira,
ta main droite m'empoignera.
11 Si je me dis: «Au moins les ténèbres me couvriront»,
la nuit devient lumière autour de moi!
12 Même les ténèbres ne sont pas obscures pour toi:
la nuit brille comme le jour,
et les ténèbres comme la lumière.
13 C'est toi qui as formé mes reins,
qui m'as tissé dans le ventre de ma mère.
14 Je te loue de ce que je suis
une créature si merveilleuse.
Tes œuvres sont admirables,
et je le reconnais bien.
15 Mon corps n'était pas caché devant toi
lorsque j'ai été fait dans le secret,
tissé dans les profondeurs de la terre.
16 Je n'étais encore qu'une masse informe,
mais tes yeux me voyaient,
et sur ton livre étaient inscrits
tous les jours qui m'étaient destinés
avant qu'un seul d'entre eux n'existe.
17 Que tes pensées, ô Dieu, me semblent impénétrables!
Que leur nombre est grand!
18 Comment les compter?
Elles sont plus nombreuses que les grains de sable.
Je me réveille,
et je suis encore avec toi.
19 O Dieu, si seulement tu faisais mourir le méchant!
Hommes sanguinaires, éloignez-vous de moi!
20 Ils parlent de toi pour appuyer leurs projets criminels,
ils utilisent ton nom pour mentir, eux, tes ennemis!
21 Eternel, comment pourrais-je ne pas détester
ceux qui te détestent,
ne pas éprouver du dégoût
pour ceux qui te combattent?
22 Je les déteste de façon absolue,
ils sont pour moi des ennemis.
23 Examine-moi, ô Dieu, et connais mon cœur,
mets-moi à l'épreuve et connais mes pensées!
24 Regarde si je suis sur une mauvaise voie
et conduis-moi sur la voie de l'éternité!

 

 

 

EMERVEILLEMENT

 

A la fin des vacances, je croise en ville une amie accompagnée de sa fille de 3 ans. Nous sommes à la veille de la rentrée des classes. Pendant que nous échangeons des nouvelles, la petite, avec ses yeux écarquillés et son petit corps qui se tortille de bonheur, me dit : « Moi, je vais à l’école ! ».

 

L’enfant me renvoyait son émerveillement !

 

Ravissement, enthousiasme ou étonnement s’estompent en vieillissant. L’esprit de gratitude disparaît aussi. La vie perd sa saveur… Mais, Jésus-Christ réveille toutes ces facultés !

 

Primo : l’émerveillement, car Jésus offre des choses plus grandes que ce monde matérialiste. Il donne au croyant d’infinies raisons de se réjouir : le pardon de ses fautes, la paix du cœur, le salut parfait et définitif de son âme.

 

Secundo : nous retrouvons un esprit de reconnaissance, devenus conscients d’être non le fruit du hasard de l’évolution, mais celui de la volonté du Créateur.

 

Tertio : dans une relation privilégiée avec Dieu, la vie reprend sens et valeurs. A notre adoption en Christ s’ajoutent l’enthousiasme d’être aimé de lui et l’espérance de la félicité éternelle de l’âme. Quel contraste avec ceux qui nous proposent le néant comme destinée ! Nietzsche et tous ses apôtres pessimistes auraient dû lire ce psaume de David…

 

 

(Extrait des « Méditations Quotidiennes – Dominique Moreau)

 

Ichtus (2)