APRES LES TENEBRES... LA LUMIERE !

 

 

Je vais vous raconter comment Dieu est venu à ma rencontre.

 

Certains d'entre vous connaissent mon vécu et savent que je n'ai pas une vie des plus tranquilles. Je connais la violence et la souffrance depuis toute petite. Mon père a abusé de moi à l'âge de 2 ans et a menacé ma mère de mort. Suite à sa condamnation, les psy ont prévenu ma mère que je grandirai dans « mon monde », différemment des autres enfants, et que j'aurai besoin d'un suivi psychologique régulier. En effet, quand je suis arrivée en maternelle, les instits pensaient que j'étais autiste car je me comportais comme telle. A l'école, j'étais le bouc émissaire des autres élèves et j'ai toujours eu des problèmes d'intégration.

 

J'ai grandi dans une famille athée, mais pour des raisons de discipline ma mère m'inscrivait dans des écoles privées catholiques. Ce qui fait que j'ai eu une éducation à la fois athée et catholique. Personnellement, je préférais écouter les instits plutôt que ma mère. Je me souviens, j'avais alors 4 ou 5 ans à l'époque, ma mère et moi allions souvent nous balader. Un jour, nous sommes passées devant une croix avec Jésus. Toute contente, j'ai dit « regarde Maman, il y a Jésus ». Ma mère s'est retournée vers la croix et a dit « salut mec ! » et j'ai dit « non, Maman , on ne doit pas parler comme ça à Jésus !».

 

J'avais des demi-frères et sœurs paternels que je voyais souvent, mis à part un que j'avais rarement vu et dont ma mère me parlait souvent. Je rêvais de le connaître. J'avais 7 ans lorsque nous avons appris qu'il s'était suicidé. J'ai vu alors mon rêve s'effondrer car j'ai compris que je ne le rencontrerai jamais.

 

Vers l'âge de 10-11 ans, j'ai commencé à me poser des questions et à avoir des doutes sur l'existence de Dieu. Comment Marie a-t-elle pu tomber enceinte vierge ? Comment Jésus a-t-il pu ressusciter ? Dieu existe-t-il vraiment ? J'ai continué, malgré tout, à participer à l'aumônerie scolaire. En 6ème, je me les garçons de 3ème me frappaient. A l'âge de 15 ans, j'ai décidé d'arrêter de croire en Dieu et d'aller à l'aumônerie.

 

C'est à ce moment là que j'ai commencé à fumer des cigarettes et des joints et à boire régulièrement de l'alcool. A 16 ans, j'ai commencé à prendre quelques drogues dures, et je fuguais tous les week-ends pour aller en boîte. J'avais un ami, Arthur, il était catholique et avait une très grande foi en Christ. Mais j'étais devenue très provocatrice envers les chrétiens et rebelle envers Dieu. A chaque fois qu'il me parlait de Dieu, on se disputait.

 

A 17 ans, un matin en allant au lycée, j'ai appris une mauvaise nouvelle qui pouvait avoir de graves conséquences et j'ai eu peur. Alors je me suis mise à prier et j'ai terminé ma prière en disant « je te promets que si tu interviens, je te respecterai ». Pendant les cours je ne faisais qu'y penser et je me rassurais en me disant « tout va bien se passer, Dieu a entendu ma prière » et j'ai confiance en lui. En effet Dieu a répondu à ma prière et quand je l'ai appris, je me suis sentie pleine de foi et je l'ai remercié . Je ne faisais qu'y penser et j'ai eu envie de me rapprocher de Lui.

 

Je suis allée voir Arthur et je lui ai dit « Arthur j'ai une bonne nouvelle à t'annoncer, je suis devenue chrétienne ! » Il m'a regardée puis il s'est mis à rire. Sur le coup je n'ai pas compris et il m'a dit « toi, chrétienne ? La bonne blague ! ». Alors je lui ai dit « Mais Arthur, je suis sérieuse ! » Il s'est arrêté, puis il s'est remis à rire. Donc j'ai insisté « Mais Arthur, ce n'est pas une blague, je suis vraiment devenue chrétienne ! ». Il s'est arrêté, m'a regardée puis m'a dit « sérieusement ? » j'ai dit « oui » alors il a demandé « pour de vrai ? » et j'ai répondu « mais oui ! »

 

 

 

Alors il s'est mis à sauter en criant « c'est génial ! C'est génial ! » et j'étais tellement heureuse que je me suis mise à sauter avec lui en criant « c'est génial ! C'est génial ! »

 

Je commençais à comprendre que Dieu était en train d'agir dans ma vie. Et cela a pris du temps avec des hauts et des bas. Un mois plus tard, j'ai entendu parler du protestantisme. Je me suis renseignée et je me suis rendue compte que j'étais plus protestante que catholique.

 

A la rentrée de terminale, Arthur est venu me voir avec un nouvel élève et m'a dit « je te présente Elric, il est protestant, vous pouvez discuter ». Au fur et à mesure, Elric m'enseignait. Mais en janvier 2015 j'ai commencé à faire une dépression. La drogue et l'alcool ne me suffisaient pas, il me manquait toujours quelque chose et j'ai cherché à me rapprocher de Dieu. Je suis allée à l'office du tourisme et j'ai demandé une église évangélique près du cours Mirabeau, ils m'ont indiqué celle de la Rue de la Masse. Je m'y suis donc rendue mais elle était fermée. Une affiche indiquait « pas de culte ce dimanche 11 janvier 2015 à la Rue de la Masse. Je me suis dit « j'irai la prochaine fois ». Mais le dimanche d'après, je n'étais pas à Aix et ce week-end là j'ai fait une tentative de suicide. Mais Dieu veillait sur moi et une amie a appelé la gendarmerie qui est intervenue à temps. Le dimanche suivant j'ai assisté à mon premier culte à la Rue de la Masse, et là, j'ai compris que j'avais trouvé ma place.

 

Pourtant deux semaines plus tard j'ai eu des problèmes pour port d'arme blanche et j'ai failli faire de la garde à vue ; dans la nuit qui précédait le culte j'ai rêvé de la maison d'arrêt de Luynes et le dimanche matin... le culte était animé par les aumôniers de prison. Le thème était « les détenus de la maison d'arrêt de Luynes ». J'ai eu peur du message que Dieu essayait de me faire passer, mais aujourd'hui je le comprends différemment.

 

J'ai continué à venir au culte, les cantiques en particulier m'inspiraient, et j'en ai écrit un. Et peu à peu, j'ai rencontré d'autres chrétiens qui m'ont aidée à aller vers Dieu. Je suis allée vers Audrey.G. qui faisait les annonces au temple ; Je me suis présentée et lui ai donné le cantique puis elle m'a présenté Natacha. Elles m'ont proposé de venir voir la pièce « Marc, l'expérience ». Suite à cette pièce, j'ai eu envie de me faire baptiser. Quand j'ai demandé à Marc le baptême il m'a donné rendez-vous au temps de louanges pour pouvoir en parler. C'était une semaine avant mon déménagement à St-Maximin.

 

N'ayant pas le permis je ne savais pas comment j'allais faire pour revenir au culte après mon déménagement. Au temps des louanges, j'en ai parlé à Hélène F. qui m'a présenté Paul G. qui habite à St Maximin et qui vient à la Masse. Il est aujourd'hui mon parrain. Après le temps de louanges, Marc m'a proposé de venir au presbytère et j'ai rencontré Priscille, la sœur d'Audrey, qui habite elle aussi à St Maximin avec ses parents. Dieu avait tout prévu pour que je puisse continuer à venir au culte.

 

Mais le fait d'avoir mon propre appartement me laissait la liberté que je n'avais pas quand je vivais chez mon beau-père. J'ai donc voulu rattraper le temps perdu en faisant des sorties, des soirées, en allant en rave-party, ce qui me faisait tripler la consommation de drogues et d'alcool. En me réveillant un matin, j'ai eu une prise de conscience et compris que toutes ces consommations ne me mèneraient à rien à part finir dans la rue ou en centre de désintoxication. Il y avait aussi le fait que je n'arrivais plus à supporter les effets que cela produisait. Alors j'ai tout arrêté du jour au lendemain.

 

Au moment de réviser mon bac, j'avais ma pile de livres de cours et ma Bible à côté. Je n'étais aucunement motivée pour lire mes cours mais, par contre, j'avais envie de lire ma Bible. Je

 

 

n'arrivais pas à me concentrer pendant les cours, mais, par contre, pendant les cultes, oui.

 

Lors de la fête de la musique, j'ai interprété un rap chrétien que j'ai écrit au temple. A ce moment-là j'ai compris qu'on était une famille. En septembre, je suis allée au week-end retraite et j'ai vraiment aimé passer un week-end entouré de ma famille en Christ, à tel point que quand je suis rentrée chez moi, je n'avais pas très envie de sortir voir les copains.

 

Joe G. qui est donc la femme de Paul et ma marraine, me préparait au baptême. J'ai beaucoup appris. Je me souviens d'un soir où elle m'avait fait un questionnaire. A la fin de celui-ci elle m'a dit « je suis impressionnée, tu apprends vite » et j'étais très heureuse. A force d'avoir mon suivi avec Joe, de voir régulièrement Priscille, d'aller au culte et de lire ma Bible, je comprenais de plus en plus de choses et ma foi grandissait. Je me souviens également du soir où Priscille m'a dit « Maintenant je suis sûre que tu as compris l'évangile et que tu es vraiment devenue chrétienne ».

 

Hélas, en Novembre il m'est arrivé plein de problèmes et un soir, alors que j'essayais de dormir, j'ai senti une main m'attraper à la gorge et j'ai compris que tout cela était des attaques du diable. Ma foi devenait de plus en plus trouble.

 

Un samedi, j'ai rencontré Priscille qui attendait le même le bus que moi pour aller à Aix. Je me suis confiée à elle par rapport à tout cela et nous avons prié. Le lendemain au culte, il y avait le cantique « Devant le trône », et lors d'un passage qui dit « et quand Satan me fait douter, vient me tenter et m'accuser, je lève les yeux vers celui qui a donné pour moi sa vie » j'ai senti que le diable me lâchait et ma foi est revenue d'un coup.

 

J'avais retrouvé  la joie d'aller au culte. Le fait d'avoir croisé Priscille ce n'était pas un hasard. Le fait qu'au culte on ait chanté le cantique « « Devant le trône », ce n'était pas un hasard non plus. Tout cela était prévu par Dieu pour que je puisse retrouver mon chemin.

 

Peu de temps après, j'ai commencé à aller au culte de St-Maximin vu qu'il se déroule le dimanche soir, alors que le culte rue de la Masse a lieu le matin. A l'époque où le diable m'attaquait, je me suis disputée avec mon amie Alexia, je voulais m'expliquer avec elle, mais elle ne voulait pas. Alors j'ai beaucoup prié pour qu'elle me pardonne, et plus tard, alors que j'avais perdu espoir, elle est venue me voir pour s'expliquer puis on s'est réconciliées.

 

Maintenant je lis ma bible tous les jours, je prie tous les soirs et j'ai compris énormément de choses par rapport à Dieu et à la bible. J'ai compris que Dieu est avec moi dans tout ce que je fais. Et si je m'égare, il viendra me chercher pour me montrer la route. Je crois que Christ est mon sauveur, qu'il est mort pour mon péché.

 

Il fallait que je choisisse un verset, j'ai choisi Jean 3 v 16 :

« Car Dieu a tant aimé le monde, qu'il a donné son fils unique, afin que quiconque croit en lui ne meure pas mais qu'il ait la vie éternelle » Amen !

 

J'ai choisi ce verset car si on l'a compris, on a compris l'évangile. C'est cela la bonne nouvelle, c'est le verset de l'évangile !

 

J'ai aussi un autre verset en tête, il s'agit de Matthieu 4 v 4 :

 

« L'homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu » Amen !

 

Cela me fait penser qu'avant, j'avais de mauvaises addictions, maintenant ma première addiction c'est la lecture biblique. Et pourtant je n'ai jamais vraiment aimé la lecture. Ma mère s'est battue pendant des années pour me faire lire le moindre livre et aujourd'hui... je lis la bible.

 

Depuis, je me consacre à Dieu, et je n'ai jamais été aussi heureuse que depuis qu'il est présent dans ma vie. Christ a changé  ma vie. Toutes les semaines j'attends impatiemment le dimanche pour pouvoir le louer avec d'autres chrétiens et entendre sa parole. J'aime passer du temps avec d'autres chrétiens. Certains non chrétiens de mon entourage pensent que je suis rentrée dans une secte, mais en vérité, nous nous rassemblons car il y a une chose qui nous unit : c'est la foi en Christ.

 

Amen !

 Lætitia D.

Ichtus (2)