ROMAINS

La voie du salut

6/6

 

UNIS PAR UN MEME SALUT

 

Lecture préalable : Romains 14.1-16

 

1 Accueillez celui qui est faible dans la foi sans discuter ses opinions. 2 L'un a la conviction de pouvoir manger de tout; l'autre, qui est faible dans la foi, ne mange que des légumes. 3 Que celui qui mange de tout ne méprise pas celui qui ne le fait pas, et que celui qui ne mange pas de tout ne juge pas celui qui le fait, car Dieu l'a accueilli. 4 Qui es-tu pour juger le serviteur d'un autre? Qu'il tienne bon ou qu'il tombe, cela regarde son seigneur. Mais il tiendra bon, car Dieu a le pouvoir de l'affermir.
5 L'un fait une différence entre les jours, un autre les estime tous égaux. Que chacun ait dans son esprit une pleine conviction.
6 Celui qui fait une distinction entre les jours le fait pour le Seigneur [et celui qui ne fait pas de distinction le fait aussi pour le Seigneur]. Celui qui mange de tout, c'est pour le Seigneur qu'il le fait, puisqu'il exprime sa reconnaissance à Dieu. Celui qui ne mange pas de tout le fait aussi pour le Seigneur, et il est reconnaissant envers Dieu. 7 En effet, aucun de nous ne vit pour lui-même et aucun ne meurt pour lui-même: 8 si nous vivons, c'est pour le Seigneur que nous vivons, et si nous mourons, c'est pour le Seigneur que nous mourons. Ainsi, soit que nous vivions, soit que nous mourions, nous appartenons au Seigneur. 9 En effet, Christ est mort et [il est ressuscité,] il est revenu à la vie pour être le Seigneur des morts et des vivants. 10 Mais toi, pourquoi juges-tu ton frère? Ou toi, pourquoi méprises-tu ton frère? Nous comparaîtrons tous, en effet, devant le tribunal de Christ, 11 car il est écrit:
Je suis vivant, dit le Seigneur, chacun pliera le genou devant moi et toute langue rendra gloire à Dieu.  12 Ainsi donc, chacun de nous rendra compte à Dieu pour lui-même. 13 Ne nous jugeons donc plus les uns les autres, mais veillez plutôt à ne pas placer d'obstacle ou de piège devant votre frère.
14 Je sais et je suis convaincu dans le Seigneur Jésus que rien n'est impur en soi, mais si quelqu'un considère telle chose comme impure, alors elle est impure pour lui. 15 Si ton frère est attristé à cause de ce que tu manges, tu ne marches plus selon l'amour. Ne cause pas, par ta nourriture, la perte de celui pour lequel Christ est mort. 16 Que ce qui est bon pour vous ne devienne pas un sujet de calomnie.

 

Le sujet : Les chrétiens viennent de milieux très divers. Ils sont jeunes ou vieux, riches ou pauvres, cultivés ou ignorants. A l’époque de Paul, il y avait un « abîme » entre les Juifs et les Gentils. Mais, comme l’écrit l’apôtre cette situation ne les empêchait pas de jouir d’une réelle communion.

 

Nous sommes tous différents (Lire 14.1-12)

 

1 Accueillez celui qui est faible dans la foi sans discuter ses opinions. 2 L'un a la conviction de pouvoir manger de tout; l'autre, qui est faible dans la foi, ne mange que des légumes. 3 Que celui qui mange de tout ne méprise pas celui qui ne le fait pas, et que celui qui ne mange pas de tout ne juge pas celui qui le fait, car Dieu l'a accueilli. 4 Qui es-tu pour juger le serviteur d'un autre? Qu'il tienne bon ou qu'il tombe, cela regarde son seigneur. Mais il tiendra bon, car Dieu a le pouvoir de l'affermir.
5 L'un fait une différence entre les jours, un autre les estime tous égaux. Que chacun ait dans son esprit une pleine conviction.
6 Celui qui fait une distinction entre les jours le fait pour le Seigneur [et celui qui ne fait pas de distinction le fait aussi pour le Seigneur]. Celui qui mange de tout, c'est pour le Seigneur qu'il le fait, puisqu'il exprime sa reconnaissance à Dieu. Celui qui ne mange pas de tout le fait aussi pour le Seigneur, et il est reconnaissant envers Dieu. 7 En effet, aucun de nous ne vit pour lui-même et aucun ne meurt pour lui-même: 8 si nous vivons, c'est pour le Seigneur que nous vivons, et si nous mourons, c'est pour le Seigneur que nous mourons. Ainsi, soit que nous vivions, soit que nous mourions, nous appartenons au Seigneur. 9 En effet, Christ est mort et [il est ressuscité,] il est revenu à la vie pour être le Seigneur des morts et des vivants. 10 Mais toi, pourquoi juges-tu ton frère? Ou toi, pourquoi méprises-tu ton frère? Nous comparaîtrons tous, en effet, devant le tribunal de Christ, 11 car il est écrit:
Je suis vivant, dit le Seigneur, chacun pliera le genou devant moi et toute langue rendra gloire à Dieu.  12 Ainsi donc, chacun de nous rendra compte à Dieu pour lui-même.

 

La façon dont nous avons été élevés et éduqués nous a marqués ; nous nous conduisons différemment les uns des autres, même dans notre vie chrétienne. De réelles difficultés peuvent surgir, surtout si nous sommes convaincus que nous avons raison et que l’autre a tort.

 

Nous risquons de nous juger et de nous critiquer, mais Paul dénonce cette attitude et ne soutient pas un groupe au détriment d’un autre. Si nous avons des convictions personnelles, nous devons en répondre devant Dieu. Notre premier souci doit être de lui plaire et de l ‘honorer. En faisant cela, nous respecterons ceux qui agissent pareillement, même s’ils l’expriment d’une autre façon.

 

Les autres d’abord (Lire 14.13-19)

 

13 Ne nous jugeons donc plus les uns les autres, mais veillez plutôt à ne pas placer d'obstacle ou de piège devant votre frère.
14 Je sais et je suis convaincu dans le Seigneur Jésus que rien n'est impur en soi, mais si quelqu'un considère telle chose comme impure, alors elle est impure pour lui. 15 Si ton frère est attristé à cause de ce que tu manges, tu ne marches plus selon l'amour. Ne cause pas, par ta nourriture, la perte de celui pour lequel Christ est mort. 16 Que ce qui est bon pour vous ne devienne pas un sujet de calomnie. 17 En effet, le royaume de Dieu, ce n'est pas le manger et le boire, mais la justice, la paix et la joie, par le Saint-Esprit. 18 Celui qui sert Christ de cette manière est agréable à Dieu et approuvé des hommes.
19 Ainsi donc, recherchons ce qui contribue à entretenir la paix et à nous faire grandir mutuellement dans la foi.

 

Les chrétiens qui vivent la communion fraternelle doivent savoir deux choses importantes : Dieu les a faits frères et sœurs, et il leur a enseigné de s’aimer les uns les autres.

 

Si notre amour est réel, nous penserons d’abord aux autres, à leur bien. Si ce que nous faisons les trouble, ou même les amène à pécher, c’est que nous ne les aimons pas réellement. Il est surprenant de constater combien nous pouvons insister sur des points de détail qui sont insignifiants devant la grandeur de l’œuvre que Dieu a commencée en nous.

 

Aidons-nous mutuellement à fortifier notre foi. Au cours de notre cheminement, il nous faudra peut-être céder sur certains points, et accepter que d’autres voient les choses différemment.

 

Acceptons-nous les uns les autres (Lire 15.1-7)

 

1 Nous qui sommes forts, nous avons le devoir de supporter les faiblesses de ceux qui ne le sont pas et de ne pas rechercher ce qui nous plaît. 2 Que chacun de nous cherche à plaire à son prochain pour son bien, en vue de le faire grandir dans la foi. 3 En effet, Christ n'a pas recherché ce qui lui plaisait, mais, comme il est écrit, les injures de ceux qui t'insultent sont tombées sur moi.
4 Or tout ce qui a été écrit d'avance l'a été pour notre instruction afin que, par la persévérance et par le réconfort que donnent les Ecritures, nous possédions l'espérance.
5 Que le Dieu de la persévérance et du réconfort vous donne de vivre en plein accord les uns avec les autres comme le veut Jésus-Christ, 6 afin que tous ensemble, d'une seule voix, vous rendiez gloire au Dieu et Père de notre Seigneur Jésus-Christ.
7 Accueillez-vous donc les uns les autres comme Christ vous a accueillis, pour la gloire de Dieu.

 

Pourquoi faut-il céder aux autres et chercher à leur faire du bien ? Surtout parce que c’est ainsi que le Christ s’est conduit envers nous. Quand il est venu sur la terre, il n’a pas revendiqué ses droits de Fils de Dieu. Au contraire, il a enduré la honte et les injures sans se plaindre ou chercher à se venger. Il a d’abord pensé à nous, et c’est pourquoi nous devons nous aussi penser d’abord aux autres.

 

Si un chrétien ne se conduit pas tout à fait comme nous, Christ l’a néanmoins reçu et accepté. Si Jésus l’a fait, acceptons-le aussi. Comment oserions-nous rejeter ou chasser quelqu’un que le Christ a reçu avec amour ?

 

Projets… et dangers (Lire 15.14-33)

 

14 En ce qui vous concerne, mes frères et sœurs, je suis personnellement convaincu que vous êtes pleins de bonnes dispositions, remplis de toute connaissance et capables de vous avertir les uns les autres. 15 Cependant, [frères et sœurs,] c'est avec une certaine audace que je vous ai écrit par endroits, comme pour réveiller vos souvenirs, et cela à cause de la grâce que Dieu m'a faite 16 d'être serviteur de Jésus-Christ pour les non-Juifs. Je m'acquitte ainsi du service sacré de la prédication de l'Evangile de Dieu afin que les non-Juifs soient une offrande agréable, devenue sainte par l'action de l'Esprit saint.
17 Je peux donc me montrer fier en Jésus-Christ de l'œuvre de Dieu. 18 En effet, je n'oserais rien mentionner si Christ ne l'avait pas accompli par moi pour amener les non-Juifs à l'obéissance par la parole et par les actes, 19 par la puissance des signes et des prodiges et par la puissance de l'Esprit de Dieu. Ainsi, depuis Jérusalem et en rayonnant jusqu'en Illyrie, j'ai abondamment propagé l'Evangile de Christ. 20 Je me suis fait un point d'honneur d'annoncer l'Evangile là où Christ n'avait pas été annoncé, afin de ne pas construire sur les fondations posées par un autre, mais comme il est écrit: 21
Ceux à qui il n'avait pas été annoncé verront, et ceux qui n'en avaient pas entendu parler comprendront. 
22 C'est aussi ce qui m'a souvent empêché d'aller chez vous. 23 Mais maintenant, comme je n'ai plus rien qui me retienne dans ces régions et que, depuis bien des années, j'ai le vif désir de vous rendre visite, 24 [je le ferai] quand je me rendrai en Espagne. J'espère en effet vous voir en passant et recevoir votre aide pour me rendre là-bas une fois que j'aurai satisfait, du moins en partie, mon désir d'être avec vous.
25 Maintenant je vais à Jérusalem pour servir les saints. 26 En effet, les Eglises de la Macédoine et l'Achaïe ont bien voulu organiser une collecte en faveur de ceux qui sont pauvres parmi les saints de Jérusalem. 27 Elles l'ont bien voulu et elles le leur devaient, car si les non-Juifs ont eu part aux avantages spirituels des Juifs, ils doivent aussi les assister dans leurs besoins matériels. 28 Dès que j'aurai réglé cette affaire et que je leur aurai remis ces dons, je partirai pour l'Espagne et je passerai chez vous. 29 Je sais qu'en venant vous rendre visite, c'est avec une pleine bénédiction de [l'Evangile de] Christ que je le ferai.
30 Je vous en supplie, frères et sœurs, par notre Seigneur Jésus-Christ et par l'amour de l'Esprit, combattez avec moi en adressant à Dieu des prières en ma faveur. 31 Priez afin que je sois protégé des incrédules de la Judée et que l'aide que j'apporte à Jérusalem soit bien accueillie par les saints. 32 Ainsi je pourrai venir chez vous dans la joie, si c'est la volonté de Dieu, et trouver un peu de repos au milieu de vous. 33 Que le Dieu de la paix soit avec vous tous! Amen!

 

Appelé par Dieu à son service, Paul avait compris qu’il devait aller en tout lieu pour faire connaître la personne de Jésus. Il projetait tout d’abord de s’arrêter dans la capitale de l’Empire en se rendant en Espagne. Cette lettre lui permettait de se faire connaître à l’église de Rome, et de demander ses prières pour que ses projets se réalisent malgré ses nombreux ennemis.

 

Il fut exaucé, mais peut-être pas comme il l’avait imaginé. C’est en prisonnier qu’il est allé à Rome. Cependant, il était tellement persuadé que Dieu dirigeait sa vie qu’il a accepté et même utilisé ces singulières circonstances. Quelle foi devait-il avoir !

 

Remarque finale : Appartenir les uns aux autres pour former malgré nos différences la grande famille de Dieu est un des aspects du miracle du salut que nous pouvons manifester concrètement.

 

 

(« Livret « Romains, la voie du salut » de La Ligue pour la lecture de la Bible)

 

Ichtus (2)