« Qu’est-ce que votre vie ?

Une vapeur (autre traduction : une brume légère)

visible quelques instants et qui se dissipe bien vite »

(Jacques 4.14)

 

CALLIGRAPHIES EPHEMERES

 

 

En été, sur de grandes plaques de pierre longeant certains lacs en Chine, des hommes se rassemblent le soir, chacun debout sur une pierre. Ce sont les calligraphes de l’éphémère. De leurs grands pinceaux, qu’ils trempent dans l’eau du lac, et avec des gestes souples et précis, ils écrivent de courts poèmes, de petites œuvres d’art picturales. Quand le soleil monte à son zénith, leurs belles calligraphies s’évaporent dans une légère buée.

 

Il a fallu des heures de persévérance pour maîtriser les caractères chinois. Et que de dextérité pour les calligraphier sur ces pierres ! Or, en quelques secondes, tout cela s’évapore dans le néant.

 

Belle leçon de vie, n’est-ce pas ? L’auteur de l’Ecclésiaste aurait apprécié l’anecdote, lui qui écrivait : Buée, tout est buée (Ecclésiaste 1.2).

 

A bien des égards, notre vie ressemble à ces calligraphies éphémères. On est là pour quelques années, et puis on disparaît dans la nuit des temps…

 

Au lieu de nous en plaindre, acceptons d’être un poème de Dieu en laissant Jésus prendre notre vie en main. Il en fera une belle calligraphie, un beau poème, une belle œuvre d’art. Dieu promet que nous serons ainsi un ouvrage éternel. Éphémère aujourd’hui, mais, en Jésus, œuvre d’art éternelle.

 

(Extrait des « Méditations Quotidiennes » - François Jean-Martin)

 

Ichtus (2)