« Alors il commença à leur apprendre

qu'il fallait que le Fils de l'homme souffre beaucoup »

(Marc 8 :31)

 

CROISSANCE RIME AVEC SOUFFRANCE

 

Pour m'en imprégner, j'ai relu le petit livre Histoire de trois rois d'Eugène Edoir. En voici un passage : « Beaucoup d'hommes prient pour recevoir la puissance de Dieu. Leurs prières semblent fortes, sincères, inspirées de Dieu et sans arrière-pensées. Toutefois, sous ces prières se cachent néanmoins de l'ambition, une soif de renommée, le désir d'être connu et envié, le désir d'être considéré comme un géant spirituel. L'homme qui fait une telle prière n'en est peut-être même pas conscient, mais ces motifs n'en sont pas moins dans son cœur et votre cœur. Lorsque les gens prient ainsi, ils sont vide à l'intérieur. L'on voit peu de croissance spirituelle en eux. Prier pour la puissance est le chemin le plus court et le plus rapide. Mais une telle prière contourne toute croissance intérieure ».

 

Parlant de David, l'un des trois rois en question, il souligne que l'onction royale faite sur lui par le juge Samuel est le début d'un chemin, non de gloire, mais de souffrance.

 

J'entendais il y a peu un jeune dire : « Combien je voudrais être comme l'apôtre Paul... sans, toutefois, vivre ses expériences de souffrances et de difficultés ».

 

Personne n'aime la souffrance, mais elle est souvent nécessaire, voire incontournable pour que notre amour et notre foi en Jésus s'approfondissent sainement.

 

(Extrait des « Méditations Quotidiennes » – Bernard Delépine)

Ichtus (2)