La BIBLE votre BOUSSOLE

 

« Il a perdu la boussole !... »

 

Cette peu élégante boutade, on est tenté de la jeter à la face de notre « drôle » de monde. Mais serait-ce le terme exact ?

 

Le navigateur dont les compas se sont déréglés est excusable s’il se perd en mer. S’égarer en forêt lorsque l’on a perdu sa petite boussole de poche et que le ciel n’offre aucun moyen de faire le point, cela se conçoit. Mais il y a plus étonnant.

 

Il est plus grave de se perdre en ayant une boussole dont on se refuse à tenir compte. C’est l’histoire de ces trois jeunes gens que nous entendons discuter avec leur père. Le lac se perd dans un épais brouillard et il leur faut gagner l’autre rive. La course est longue et, sagement, le père recommande :

  • « Prenez la boussole ! »

  • « Tu n’y penses pas », dit l’aîné, « Je connais la route ! »

Mais, bah ! pour faire plaisir au père on prend la boussole et l’on part gaiement.

 

ELLE SE TROMPE !

 

Au bout de quelques minutes la boussole s’agite ; mais notre garçon est sûr de son chemin. Il se fie à son sens de l’orientation. Il ironise : « sûrement, cette boussole est détraquée ! ».

 

Le temps passe. On devrait arriver. Et la rive paraît ! Notre jeune homme exulte ! On aborde… Mais il faut bien constater que le lieu ressemble étrangement à celui que l’on a quitté tout à l’heure. C’est bien la maison là-bas. La boussole avait raison contre le pilote si sûr de lui.

 

Il n’y a pas de temps à perdre : il faut repartir. Mais cette fois la boussole est à l’honneur. A la moindre variation le bateau est redressé par un gouvernail énergiquement poussé. Le jeune homme a laissé de côté son savoir et ses impressions ; il ne croit plus en sa sagesse. Tout cela l’a conduit à la faillite. Ses yeux sont rivés à la boussole et bientôt, sortant du brouillard, c’est enfin le port, le vrai cette fois, sur l’autre rive.

 

LA BIBLE : BOUSSOLE DE L’HOMME

 

L’homme aussi pour se guider au milieu des difficultés de la vie, a une boussole qui lui indique exactement la direction à suivre : c’est la Bible, la Parole de Dieu. Mais lui aussi dit :

 

  • « C’est bien inutile ; je connais parfaitement la direction à suivre ». Et comme il se confie en lui, dans sa sagesse, ses lumières, ses sentiments, et qu’il est en désaccord avec la Parole de Dieu, il pense qu’elle se trompe et il va comme son cœur le mène.

 

Oui, mais après de vains efforts, il découvre qu’il n’est pas plus avancé qu’au commencement. Il s’est usé en luttes stériles. Il a perdu son temps, sa vie, ses forces, son bonheur, parfois son honneur.

 

Heureux, alors, s’il revient à cette Parole, s’il la prend comme le guide de sa vie, s’il reconnaît qu’elle est la seule boussole capable de le diriger.

 

Et, sans aucun doute, elle seule est la vérité, elle seule est un guide infaillible pour notre vie. En effet, ce qu’elle exprime, c’est la sagesse même de Dieu ; et elle l’exprime, non seulement par des mots, mais par une personne, par Jésus-Christ, le Fils de Dieu.

 

« Celui qui ECOUTE MA PAROLE di-t-il et qui CROIT à Celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle »

(Jean 5.24)

 

Avouez donc votre faillite et prenez, vous aussi, la boussole que Dieu vous offre ; faites-lui confiance ; croyez en Jésus-Christ. Alors, vous atteindrez sûrement le port.

 

(Flyer de CROIRE ET SERVIR)

 

Ichtus (2)