Que l’Éternel le bénisse !

L’Éternel n'a cessé d'être bon envers nous...

(Ruth 2.20)

 

RUTH ET LA HESED DE DIEU

 

Voici le verset central du livre de Ruth. Au cœur du livre est la hesed (grâce, miséricorde, bonté, amour). Dieu est hesed, manifesté en Jésus. La hesed de Dieu fait partie de son être. Ce mot hesed est une ouverture sur une interprétation de la Loi qui dépasse sa lettre. Hesed est la vertu de l'excès, de la surabondance. Appliquée, elle donne 1 Corinthiens 13*. C'est le Christ en action.

 

Le livre de Ruth traite du même principe. Lors de la fête de Pentecôte, qui rappelle le don de la Loi, on va lire chaque année ce texte au peuple hébreu. Ruth apparaît ainsi comme l'indispensable élément extérieur capable d'aller au-delà du carcan légal, dont le respect strict n'aboutit qu'à l'amertume et à la mort. C'est seulement par le dépassement de la loi qu'il y a avenir et vie. C'est le cas de Ruth 2.7** où Boaz commande à ses moissonneurs d'aller au delà de ce qu'ordonne la loi du glanage. Et en 3.11***, où Boaz promet à Ruth d'aller au-delà de ses vœux », ce qu'il fait sans tarder.

 

La vie chrétienne n'est pas faite d'une succession de lois auxquelles il suffirait d'obéir à la lettre avec crainte ; elle est faite de hesed, à savoir de grâce, de bonté, de miséricorde, d'amour, à manifester par notre comportement dans nos relations avec les autres.

 

Demandons à Dieu de nous aider à vivre sa hesed en ce jour.

 

(Extrait des « Méditations Quotidiennes – François-Jean Martin)

 

*

Les dons spirituels et l'amour

1 Si je parle les langues des hommes, et même celles des anges, mais que je n'ai pas l'amour, je suis un cuivre qui résonne ou une cymbale qui retentit. 2 Si j'ai le don de prophétie, la compréhension de tous les mystères et toute la connaissance, si j'ai même toute la foi jusqu'à transporter des montagnes, mais que je n'ai pas l'amour, je ne suis rien. 3 Et si je distribue tous mes biens aux pauvres, si même je livre mon corps aux flammes, mais que je n'ai pas l'amour, cela ne me sert à rien.
4 L'amour est patient, il est plein de bonté; l'amour n'est pas envieux; l'amour ne se vante pas, il ne s'enfle pas d'orgueil, 5 il ne fait rien de malhonnête, il ne cherche pas son intérêt, il ne s'irrite pas, il ne soupçonne pas le mal, 6 il ne se réjouit pas de l'injustice, mais il se réjouit de la vérité; 7 il pardonne tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout.
8 L'amour ne meurt jamais. Les prophéties disparaîtront, les langues cesseront, la connaissance disparaîtra. 9 En effet, nous connaissons partiellement et nous prophétisons partiellement, 10 mais quand ce qui est parfait sera venu, ce qui est partiel disparaîtra. 11 Lorsque j'étais enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant; lorsque je suis devenu un homme, j'ai mis fin à ce qui était de l'enfant. 12 Aujourd'hui nous voyons au moyen d'un miroir, de manière peu claire, mais alors nous verrons face à face; aujourd'hui je connais partiellement, mais alors je connaîtrai complètement, tout comme j'ai été connu.
13 Maintenant donc ces trois choses restent: la foi, l'espérance, l'amour; mais la plus grande des trois, c'est l'amour. (1Corinthiens 13)

**

« Elle a dit: ‘Permettez-moi donc de glaner, de ramasser des épis entre les gerbes derrière les moissonneurs' et, depuis son arrivée ce matin jusqu'à présent, elle est restée debout et ne s'est reposée qu'un moment dans la maison.» (Ruth 2:7)

 

***

« Maintenant, ma fille, n'aie pas peur! Je ferai pour toi tout ce que tu diras, car tout le monde chez nous sait que tu es une femme de valeur. » (Ruth 3:11)

Ichtus (2)