« Dieu m’est témoin, en effet,

que j’ai une vive affection pour vous tous... »

(Philippiens 1:8)

 

LA JOIE, C’EST MAINTENANT !

 

Ce n’est pas un simple slogan. C’est une réalité importante. Le seul moment où nous puissions nous réjouir est le temps présent. Paul, en attente d’une décision de justice dont les conséquences peuvent être dramatiques, ne se laisse pas enfermer par cette échéance. Il profite de son incarcération pour écrire aux Philippiens. Il en profite pour repasser en son cœur tout ce que la grâce de Dieu a déjà accompli chez eux – et cela nourrit sa joie. Il n’attend pas que sa situation s’éclaircisse, que tout soit réglé, il se réjouit dans le présent, car il n’y a que là qu’on puisse se réjouir. Notre jour de joie, c’est aujourd’hui.

 

Paul partage sa joie avec ses amis. Il désire que les Philippiens constatent par eux-mêmes ce que Dieu a fait et est en train de faire en eux. Cela nourrira leur joie. Ils seront aussi amenés à se réjouir de la vive affection pour eux que le Seigneur a semée dans le cœur de l’apôtre.

 

Il n’y a pas de situation où nous ne puissions trouver de raison de nous réjouir, car il n’y a pas pour nous de situation dont Dieu soit absent, où Christ ne soit pas Seigneur. Cela n’existe pas !

 

Malheureusement, nous nous laissons trop souvent berner. Nous nous laissons ravir notre joie en ressassant les regrets d’hier ou les angoisses du lendemain. Réjouissons-nous… intentionnellement !

 

(Extrait des « Méditations Quotidiennes » - Robert Souza)

Ichtus (2)