« Au lieu d’adorer le Dieu immortel et glorieux, ils adorent des idoles »

(Romains 1 :23)

 

NOUS SOMMES TOUS DES ADORATEURS

 

Le péché n’éteint pas l’adoration : il la dévie. Elle devient idolâtrie. Cela est possible même au pied du Sinaï ! On dresse un veau d’or et le culte qui se mourait d’ennui subit de plein fouet le choc électrique d’une adoration enthousiasmante. Dès que l’adoration est déviée vers un objet ou une personne visible ou invisible, elle devient frénétique et orgiaque. Il n’est pas rare que l’on devienne ce qu’on adore. Dieu, qui sait cela, nous met donc en garde contre toute idolâtrie. Il veut que nous devenions comme lui.

 

Nous sommes tous des adorateurs. C’est dans nos gènes. Quand on se détourne du Dieu de la Bible, le triple abandon dont parle Paul dans ce chapitre suivra. L’adoration devient idolâtrie et celle-ci devient tôt ou tard folie meurtrière et suicidaire, que ce soit dans la vie personnelle ou dans toute une société. Nous sommes les témoins de cela dans notre monde.

 

Adorer, c’est se détourner de soi pour que Dieu devienne notre tout. Cela demande le sacrifice de nous-mêmes. Est-ce cher payer ? Ou est-ce de toute façon ce qu’on devra payer ? Car l’idolâtrie coûte cher. Les démons qui se cachent derrière nos idoles sont voraces d’âmes humaines. Il n’y a ni neutralité spirituelle ni culte sans sacrifice.

 

Et si, à long terme, adorer Dieu était moins cher que ne pas l’adorer ?

 

(Extrait des « Méditations quotidiennes – Egbert Egberts)

 

« et ils ont remplacé la gloire du Dieu incorruptible par des images qui représentent l'homme corruptible, des oiseaux, des quadrupèdes et des reptiles.»

(Romains 1:23) [Louis Segond 21]

 

Ichtus (2)