« Soyez bons les uns envers les autres, compatissants,

vous pardonnant réciproquement comme Dieu vous a pardonné en Christ »

(Ephésiens 4.32)

 

VENGEANCE OU PARDON ?

 

Père de la théorie empiriste de la connaissance et pionnier de la science moderne, Francis Bacon (1561-1626) était aussi un philosophe. On lui doit cette maxime : « Celui qui s'applique à la vengeance garde fraîches ses blessures » (Essais, 1597-1612).

 

Combien c'est vrai ! On peut se gâcher la vie en restant préoccupé, obnubilé, par les « offenses » subies. On peut déclencher un ulcère en ruminant sa colère pendant des années. On peur rouvrir régulièrement ses propres plaies.

 

Pardonnons. C'est là le cœur de la prière enseignée par le Seigneur à la demande de ses disciples. (Matthieu 6 :12-15*).

 

Pardonnons, car Dieu nçous a pardonné, beaucoup plus que nous et bien avant nous. Pardonnons, car l'amour couvrira une foule de péchés (Proverbes 10 :12)

 

Le roi David aurait eu des motifs et de nombreuses occasions de se venger au cours de sa vie : lorsque Saül lui faisait des « crasses », lorsque ses amis se retournaient contre lui, lorsque l'un de ses ennemis lui lançait des pierres.

 

Pourtant, et, peut-être, précisément parce qu'il a dû dominer la volonté de veangeance, il nous donne la clé : Laisse la colère, abandonne la fureur, ne t'irrite pas : ce serait mal faire (Psaume 37 :8).

 

(Extrait des « Méditations Quotidiennes » - Jean-Louis Théron)

 

12 pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés; 13 ne nous expose pas à la tentation, mais délivre-nous du mal, [car c'est à toi qu'appartiennent, dans tous les siècles, le règne, la puissance et la gloire. Amen!]'
14 »Si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi; 15 mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos fautes. (Matthieu 6:12-15)

Ichtus (2)