C'est en l’Éternel que je cherche un refuge

(Psaume 11.1)

 

LES DEUX REGARDS DE DIEU

 

Le psaume 11 évoque ce que l'on peut appeler les deux regards de Dieu. Le premier semble toucher l'ensemble des hommes, sans exception : Ses yeux regardent les fils de l'homme. Ainsi, puis-je dire à un incroyant : Dieu te voit.

 

Le second concerne le peuple racheté : L’Éternel sonde le juste. Ce regard-là est marqué par la dimension filiale, l'appartenance. Il concerne à ce jour tous ceux qui sont « en Christ ». La distinction peut paraître étonnante, mais elle est profondément inscrite dans l’Écriture.

 

Nous disons parfois que Dieu déteste le péché, mais aime le pécheur. Ce n'est pas faux, mais devrait être nuancé : Dieu aime le pécheur qui souffre de son péché ; celui qui se repent . Le méchant est celui qui revendique le droit de pécher. Celui-là court le risque d'être rejeté, comme son péché.

 

David a été un pécheur contrit. N'a-t-il connu l'adversité que lorsqu'il était infidèle ? Il l'a aussi connue parce qu'il aimait l’Éternel. En ce sens, David annonce la figure du Messie. En ce sens aussi, il annonce la vocation de chaque chrétien fidèle dans ce monde, conformément à ce qu'a dit Jésus : Souvenez-vous de la parole que je vous ai dite : le serviteur n'est pas plus grand que son seigneur. S'ils m'ont persécuté, ils vous persécuteront aussi (Jean 15:20). Mais Dieu le voit

 

(Extrait des « Méditations quotidiennes – Charles Nicolas)